Exposition : Sacrée architecture ! La passion d’un collectionneur (Cassel, Musée de Flandre, 15 février – 14 juin 2020)

Une collection n’existe pas sans passion… Sacrée Architecture ! présentera pour la première fois au public une collection à laquelle un homme a consacré plus de quarante années de sa vie. Lui qui rêvait de devenir architecte s’est pris de passion pour les tableaux flamands et hollandais des XVIe et XVIIe siècles représentant des intérieurs d’églises en perspective, véritable défi pour l’artiste !

À la fin du XVIe siècle alors que la controverse entre protestants et catholiques est vive, en pleine fougue baroque, des artistes inventent une nouvelle manière de suggérer le divin. Ils donnent alors à voir des églises grandioses et lumineuses aux lignes architecturales majestueuses, sublimes de spiritualité. Sans omettre pour autant les scènes de la vie quotidienne qui s’y déroulent avec hommes, femmes, enfants et animaux… reliant ainsi le monde terrestre à l’univers céleste.

Au gré des recherches et des opportunités, un ensemble unique d’une cinquantaine de tableaux, représentatif de la peinture architecturale des écoles du Nord, a été constitué par ce collectionneur.

Cette collection est présentée pour la première fois au public dans son intégralité. C’est aussi l’occasion d’avoir un contrepoint contemporain avec deux oeuvres de l’artiste belge Wim Delvoye. Son intérêt pour l’architecture et notamment l’art gothique prend des formes insolites dans certaines de ses créations comme Nautilus Penta. La question du divin et de son universalité est quant à elle nettement perceptible dans Möbius Dual Corpus Direct Current, une sculpture elliptique de Christ en croix récemment acquise par le musée de Flandre.

Pour plus d’informations :

https://museedeflandre.fr/sacree-architecture-la-passion-dun-collectionneur

Appel à candidatures: Bourses Éole 2020 session printemps

Le Réseau franco-néerlandais accorde des bourses de mobilité destinées à des étudiants en master et à des doctorants, toutes disciplines confondues, pour un séjour d’études, de recherche ou un stage aux Pays-Bas. Ces bourses sont attribuées sur la base d’une sélection stricte des meilleurs projets.

Les bourses d’excellence « Éole » s’adressent en particulier à des doctorants devant faire un court séjour de recherche aux Pays-Bas dans le cadre de leur formation doctorale. Elles peuvent favoriser le bon fonctionnement de thèses en cotutelle. Les étudiants en Master qui effectuent un séjour de recherche, de formation ou de stage sont également éligibles. Ces bourses d’un montant forfaitaire de 500 à 1000€ ne sont pas renouvelables.

La demande portera sur des mobilités qui commencent entre avril 2020 et octobre 2020 (il est possible de candidater même si votre mobilité a déjà commencé).

Date limite de réception des candidatures (formulaire de candidature + dossier de candidature) : le 26 avril 2020, minuit dernier délai (heure française).

Documents utiles:

https://docs.google.com/forms/d/1LYuqlydgnUfqEdeAqFDNq0aTX5kuiLpXp61IAOmNmwk/viewform?edit_requested=true

Le Prix XVIIe siècle 2018 de la Société d’Etude du XVIIe siècle attribué au Dictionnaire des Pays Bas au Siècle d’Or

Le Prix XVIIe siècle 2018 de la Société d’Etude du XVIIe siècle a été attribué le 28 juin 2019 au Dictionnaire des Pays Bas au Siècle d’Or dirigé par Catherine Secrétan et Willem Frijhoff, Paris, CNRS Editions, 2018.

Le Prix sera remis aux auteurs le samedi 5 octobre 2019 à 14h à la Bibliothèque de l’Histoire du Protestantisme, 54 Rue des Saints-Pères, 75007 Paris.

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :
Le « Siècle d’or » (XVIIe siècle) des Provinces-Unies fut une réalité reconnue dès l’époque, tant par les Néerlandais eux-mêmes que par les innombrables étrangers, voyageurs, commerçants ou réfugiés, qui affluèrent de toutes parts. Phare de l’espace européen de leur temps, les Pays-Bas se sont illustrés par des innovations dans les domaines les plus variés : politique avec leur système républicain, technique avec les poldérisations, économique avec leurs établissements bancaires, artistique avec des peintres d’exception, religieux avec une gestion des cultes marquée par un impératif de tolérance alors exceptionnel en Occident.
C’est ce pays en effervescence que nous présente ce dictionnaire à travers 450 notices dues à plus de 100 spécialistes, couvrant tous les domaines de la vie : de la traite des esclaves à l’interprétation de l’Écriture sainte, du commerce avec les colonies à la peinture à l’huile, des guerres de Hollande à la production du fromage, du patinage aux Lumières radicales. Philosophes, artistes, personnages historiques, familles de notables complètent cette présentation du pays. L’eau, enfin, que ce soit celle de la mer ou celle des fleuves, occupe une place spécifique : des inondations à la construction navale, des écluses aux canaux, et à la cartographie. Une incursion vivante dans l’histoire du XVIIe siècle.

Depuis 1984, la Société d’Etude du XVIIe siècle décerne, chaque année, un Prix XVIIe siècle assorti d’une somme de 2000 euros. Ayant pour but d’encourager la diffusion d’un savoir rigoureux auprès du plus large public, ce Prix récompense, sans exclusive de discipline, un ouvrage traitant du XVIIe siècle, paru l’année précédente.

Lauréats précédents :
2017 – François Friche, Entre Terre et Ciel. Romans comiques et mystère de l’Incarnation (1620-1660), Paris, Hermann, 2017.
2016 – Ariane James-Sarazin, Hyacinthe Rigaud. Le catalogue raisonné, Dijon, Editions Faton, 2016.
2015 (deux lauréats) – Aude Volpilhac, « Le secret de bien lire ». Lecture et herméneutique de soi en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2015 – Yannick Nexon, Le chancelier Séguier (1588-1672), ministre, dévot et mécène au Grand Siècle, Paris, Champ Vallon, 2015.
2014 – Nathalie Lecomte, Entre cours et jardins d’illusions. Le ballet en Europe (1515-1715), Paris, Centre National de la Danse, 2014.
2013 – Sophie Vergnes, Les Frondeuses : une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ Vallon, 2013.
2012 – Isabelle Landy, Entre Philologie et linguistique : approches de la langue classique, Paris, Garnier, 2012.
2011 – Bartholomé Benassar, Vélasquez, Paris, De Fallois, 2011.
2010 – Gilles Siouffi, Le Génie de la langue française. Études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, 2010.

URL DE RÉFÉRENCE
http://www.17esiecle.fr

Exposition : Enfants du Siècle d’or, Œuvres de la Fondation Custodia (Paris, 8 juin – 25 août 2019)

Protagonistes centraux des portraits de famille, les enfants sont aussi un sujet à part entière pour beaucoup de peintres hollandais et flamands du XVIIe siècle, sujet qui n’a pour notre œil moderne rien perdu de sa séduction. Tour à tour charmants, cabots, attendrissants, sages ou drôles, innocents, insupportables et bruyants, ces gamins du Siècle d’or forment une galerie étonnamment intemporelle.

PRÉSENTATION
L’exposition rassemble dessins, gravures et tableaux et offre ainsi aux visiteurs un vaste panorama de la production artistique sur le thème de la représentation des enfants en Hollande et dans les Flandres au XVIIe siècle.

Les portraits individuels d’enfants sont à l’honneur : de la charmante Boucle d’or de Nicolaes Maes à l’iconique effigie de Hugo Grotius qui, du haut de ses seize ans, pose déjà un docte regard sur le monde, de la petite Jeannette (« Jenneken ») en train d’écrire, dessinée à la sanguine par son frère Harmen ter Borch, au délicieux portrait que Hendrick Goltzius grave du fils d’un de ses meilleurs amis. Si ces trois derniers portraits représentent des enfants identifiés grâce aux inscriptions, de nombreuses effigies – comme celle peinte par Nicolaes Maes – demeurent bien souvent sans identification du modèle.

Les artistes ont à de nombreuses reprises représenté les enfants endormis. Le sommeil est bien sûr un état très récurrent chez les tout petits et l’on ne s’étonne pas de voir Frans van Mieris dessiner Willem Paets, fils d’un de ses amis, dormant dans son berceau. Lorsque Govert Flinck produit en revanche cette magnifique étude, sans doute exécutée sur le vif, d’un garçonnet assoupi, ce sont l’innocence et la vulnérabilité de l’enfance qui sautent aux yeux.

Rembrandt a lui aussi dessiné et gravé des enfants qu’il montre généralement dans leurs interactions avec des femmes (mères, grand-mères, nourrices) ou bien sous les traits des jeunes apprentis de son atelier.

Outre ces feuilles bien connues, l’exposition offre également à voir de nombreuses œuvres jamais encore montrées de la collection et quelques nouvelles acquisitions. Le regard que les artistes hollandais et flamands du XVIIe siècle portèrent sur les enfants et sur l’enfance offre au spectateur d’aujourd’hui à la fois une plongée dans un temps aux mœurs révolues et, en miroir, une réflexion sur notre propre perception des premières années de la vie.

CATALOGUE EN LIGNE :

Découvrez ici toutes les œuvres de l’exposition.

Fondation Custodia / Collection Frits Lugt
121, rue de Lille – 75007 Paris

Heures d’ouverture : tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Exposition : Frans Hals, Portraits de famille (Paris, Fondation Custodia, 8 juin – 25 août 2019)

Frans Hals (1582/1583-1666) est l’un des plus grands portraitistes du Siècle d’or hollandais et, avec Rembrandt, celui qui a révolutionné ce genre. Surtout réputé pour ses portraits individuels et ses grandes compositions représentant les membres de milices, il a également produit des portraits de famille, dont seuls quatre sont parvenus jusqu’à nous et qui sont aujourd’hui rassemblés à la Fondation Custodia.

PRÉSENTATION

À l’origine de cette exposition fut l’acquisition en 2011, par le Toledo Museum of Art, du portrait de Hals de La Famille Van Campen dans un paysage, et l’achèvement en 2016 du traitement de conservation des Enfants de la famille Van Campen, œuvre du même artiste appartenant aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Il était connu que ces deux toiles constituaient une seule et même composition. Les restaurations conduites à Bruxelles ont également permis de confirmer qu’une Tête de jeune garçon, actuellement dans une collection privée européenne, était, elle aussi, un fragment de ce tableau dispersé. Pour la première fois depuis deux cents ans, les trois parties conservées du monumental portrait de famille, qui devait mesurer à l’origine près de 3,80 m de long, sont présentées côte à côte à l’occasion de cette exposition unique.

Les portraits de famille de Frans Hals font preuve d’une détente sans précédent et montrent l’intimité des relations des parents avec leurs enfants. Ces derniers interagissent joyeusement entre eux. Le rire et le sourire étaient la marque de Hals, dont le génie s’exprime également dans les autres tableaux de l’exposition : le Portrait de famille dans un paysage du Museo Nacional Thyssen-Bornemisza (Madrid), la Famille néerlandaise du Cincinnati Art Museum et le Portrait de famille dans un paysage de la National Gallery de Londres.

En écho aux toiles de Frans Hals, la Fondation Custodia présente une sélection de dessins préparatoires pour des portraits de famille réalisés par des artistes hollandais et flamands du XVIIe siècle. Si l’on ne connaît pas de dessins de la main de Hals, ces œuvres nous aident à comprendre les enjeux picturaux auxquels étaient confrontés les portraitistes lorsqu’ils devaient représenter un groupe familial. Ces feuilles forment la transition pour la deuxième exposition à découvrir dans la continuité : Enfants du Siècle d’or. Œuvres de la Fondation Custodia.

L’exposition s’accompagne d’un catalogue exhaustif par Lawrence W. Nichols, Liesbeth De Belie et Pieter Biesboer.

Fondation Custodia / Collection Frits Lugt
121, rue de Lille – 75007 Paris

Heures d’ouverture : tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Carnet des Amis de l'art nordique en France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search