Conférence : « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » (Paris, 15 novembre 2018)

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Qu’elles soient institutionnelles ou marchandes, les loteries visèrent un même objectif : rapporter le plus d’argent possible à leurs organisateurs. Dans la mesure où les lots à gagner consistaient en une gamme étendue d’objets d’art et de luxe, les moyens déployés pour les mettre en valeur et stimuler le désir de les posséder ne manquent pas d’intérêt pour qui s’intéresse à l’histoire des marchés artistiques, car ils anticipent bien des principes que l’on retrouvera ultérieurement dans le développement des ventes aux enchères d’œuvres d’art. Jeu de hasard spectaculaire et populaire, la loterie n’a pas moins contribué à nourrir la réflexion morale sur les aléas de la Fortune, l’inconstance de la richesse matérielle, les vicissitudes de la vie humaine, et le Fatum qui occupèrent une place croissante dans l’humanisme chrétien septentrional. Ainsi, la conférence s’intéressera à la vie sociale des objets ayant circulé par le biais de loteries, en privilégiant une double perspective, économique et morale.

Historienne de l’art de la première modernité, Sophie Raux est professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190) où elle assure la responsabilité de l’axe Art, Images, Sociétés. Ses recherches portent essentiellement sur l’histoire économique et sociale de l’art et de la culture visuelle des anciens Pays-Bas et de la France. Elle a codirigé les ouvrages Moving Pictures. Intra European Trade in Images XVIth-XVIIIth c. (Turnhout, Brepols 2014) et A perte de vue, les nouveaux Paradigmes du visuel (Dijon, Presses du réel, 2015). Elle a publié récemment Lotteries, Art Markets, and Visual Culture in the Low Countries, XVth-XVIIth c., Leyde, Brill, 2018, dans la collection Studies in the History of Collecting & Art Markets.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Conférence du GRHAM: « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

BOURSE DE RECHERCHE JACOBA LUGT-KLEVER

In memoriam of Jacoba Lugt-Klever (1888-1969), wife of the collector Frits Lugt and co-founder of the Fondation Custodia, the latter is to offer a two-year fellowship from 2019 for art historical research in collaboration with the RKD – the Netherlands Institute for Art History. The research is to be related to the main collection areas of the Fondation Custodia / Frits Lugt Collection, namely that of European drawings and prints (‘art on paper’), illustrated books from the sixteenth till late nineteenth centuries, plein air oil paintings and autographs.

The Fondation Custodia and the RKD have a vacant position from the 1st of January 2019 for an enthousiastic

JACOBA LUGT-KLEVER FELLOW (m/f)
36 hours per week

The fellowship is available for an experienced art historian (m/f), with a demonstrable specialisation in ‘art on paper’. The fellowship will either enable you to support your own ongoing research, or to start a new research affiliated to one of the ongoing research projects within the Fondation Custodia and/or the RKD. Location is The Hague. The Jacoba Lugt-Klever Fellow is required to submit a publishable academic text after the fellowship has been completed.

Profile
You have carried out recent intensive research into art on paper. You appreciate the value of the Jacoba Lugt-Klever Fellow for the field of knowledge in general and for the Fondation Custodia and the RKD in particular.

  • Knowledge and education at academic level ;
  • Knowledge and experience with carrying out art historical research into works on paper ;
  • Knowledge and experience with (museum) collections ;
  • Good communication skills and a pleasant writing style ;
  • Shows enthousiasm for working for the Fondation Custodia and the RKD.

We offer
A challenging research position in an inspiring environment. The salary indication is scale 9/10 (Dutch Museum collective labour agreement), depending on knowledge and experience. A contribution towards material and travel costs incurred for the research is also offered. The position is temporary for the duration of a maximum of two years.

Applications can be submitted up to and including the 30th of October 2018 with an accompanying motivational letter, a research proposal (max. 1500 words) and CV, to pz@rkd.nl stating Vacature Jacoba Lugt-Klever Fellow. Further information on the position is available from Ger Luijten, Director Fondation Custodia, or Dr. Yvonne Bleyerveld, Senior Curator Drawings and Prints, RKD. The first round of interviews will be held at the end of November 2018. Acquisition based on this vacancy advertisement is not appreciated.

Appel à communication : La contribution des genres artistiques à la construction d’un âge d’or hollandais (6-7 juin 2018)

Appel à contribution pour le deuxième colloque international du projet financé par le Fonds National Suisse
Un Siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle
La contribution des genres artistiques à la construction d’un âge d’or hollandais

Haarlem, Frans Hals museum / 6-7 juin 2019

Si on considère depuis Denis Diderot que les genres artistiques sont consubstantiels de la production artistique hollandaise du XVIIe siècle, leurs définitions, leurs places et leurs spécificités demandent encore à être mieux cernées. Il est désormais acquis dans l’historiographie que Karel van Mander fait, dans son Schilder-Boeck, référence à des catégories iconographiques, plutôt que des genres, ce qu’ont repris, après lui, d’autres auteurs. Il reste que la formule apparaît encore souvent, dans une perspective descriptive et hiérarchique. En outre, cette question des genres apparaît comme un moyen d’individualiser les Provinces-Unies au regard de l’Europe. À un nouvel état répondrait un nouvel art, et le développement de ces différents genres artistiques deviendrait alors un des meilleurs exemples de la dutchness de l’art hollandais.
Pourtant, il existe des différences notables dans les modalités de la production artistique qui méritent d’être mieux appréhendées. L’apport de la littérature artistique est certes essentiel, mais c’est autour de l’étude des carrières et des pratiques d’ateliers, associée à des approches formelles et techniques sur les œuvres, qu’il nous semble que des réponses pourront être apportées. En outre, l’autonomie géographique et l’idiosyncrasie des genres artistiques devront être abordées à différents niveaux : au sein même de la République hollandaise, en tenant compte des provinces et des villes, voire des quartiers et des ateliers d’artistes ; mais aussi à l’échelle des anciens Pays-Bas, plus généralement de l’Europe et du reste du monde.

Plusieurs questions, qui n’épuisent certes pas le champ des possibles, pourront être abordées :
• La notion de « genre » et, a fortiori de « genre artistique », existe-elle dans les Provinces-Unies au XVIIe siècle ? Si tel est le cas, quelles en sont les définitions, voire les théories, que l’on peut rencontrer dans les domaines de la rhétorique, de la poésie et du théâtre ? Dans quelle mesure sont-elles en relation avec la conceptualisation des genres dans le domaine des arts visuels (par exemple, tragédies et peinture d’histoire ; poésie et peinture pastorale ; comédies et scènes de vie quotidienne) ?
• Peut-on parler d’invention de genre spécifique ? Existe-il des genres hybrides ? L’idée d’une hiérarchie des genres aide-t-elle nécessairement à mieux comprendre la production artistique ?
• Comment se positionnent les artistes face au développement des genres artistiques ? Peut-on observer des effets sur les pratiques artistiques (techniques, ateliers, carrières) ? Est-il possible d’avancer l’idée qu’un seul artiste serait responsable pour le développement d’un genre artistique en particulier (pensons à Otto Marseus van Schriek par exemple) ? (Les études sur un individu, comme les approches comparatives, sont encouragées).
• Dans quelle mesure peut-on parler d’idiosyncrasie et de singularités géographiques en lien avec les genres artistiques ? Quelles différences peuvent être observées en fonction des contextes historiques, politiques, sociaux, religieux, mais aussi des contextes artistiques (littérature, théâtre) ? Par exemple, un intérêt développé pour un sujet pourrait-il être expliqué par des sentiments de patriotisme, d’affirmation culturelle ou encore la volonté de mettre en avant une certaine richesse ?
• Quelle a été la réception de ces genres artistiques ? Ont-ils contribué à la construction de l’image d’un âge d’or hollandais ?
• Quelle place l’historiographie accorde-t-elle à la question des genres ? Comment traiter la variété des thèmes et leurs possibles catégorisations génériques ? Comment traiter l’exception ?

Modalités pratiques :

Les communications d’une durée de 30 minutes seront suivies de 15 minutes d’échange. Les frais de voyage et de logement seront pris en charge pour tous les intervenants.
Les propositions de communication de 300 mots, accompagnées d’un bref curriculum vitae et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 31 octobre 2018. Pour de plus amples informations, nous vous invitions à consulter le site internet dédié au projet (https://www.dutch-golden-ages.com/), et à nous contacter pour toute question.

Comité scientifique :
Drs Susanne Bartels (Susanne.bartels@unige.ch)
Prof. Jan Blanc (jan.blanc@unige.ch)
Dr Léonie Marquaille (leonie.marquaille@unil.ch)
Dr Marije Osnabrugge (marije.osnabrugge@unige.ch)
Dr Léonard Pouy (leonard.pouy@paris-sorbonne.fr)

Pendant de Homme écrivant...
Gabriel Metsu, Femme lisant une lettre, v.1662-65 (National Gallery of Ireland, Dublin).

Exposition : REMBRANDT IN PARIS : The Icon of the French Avant-Garde (Amsterdam, 21 sep. 2018-6 jan. 2019)

Félix Bracquemond, Landscape with Approaching Thunderstorm and Geese in a Meadow, 1860-1914, etching, state 6 (11), 259 x 347 mm., Rijksmuseum. Purchase from the F.G. Waller-Fonds.

FROM 21 SEPTEMBER: REMBRANDT IN PARIS
Rembrandt: The Icon of the French Avant-Garde

It is a little-known fact that in the nineteenth century Rembrandt was an icon for numerous French avant-garde artists, Impressionists and Post-Impressionists. Great names such as Édouard Manet, Edgar Degas, Odilon Redon and Theodore Rousseau took Rembrandt and his work as their example. To them he was an anti-academic cult figure, an artist who shrugged off academic rules and captured the world around him with a fearless immediacy. Many French artists decided to start etching – as Rembrandt had – and there was a revival of the art form.

Rembrandt in Paris: Manet, Méryon, Degas and the Rediscovery of Etching (1830-90) opens on 21 September in The Rembrandt House Museum. This is the first exhibition ever devoted to the etching revival in France. The finest works of art will be brought together for the show: elegant French ladies, Parisian cityscapes, impressive landscapes and artistic posters.

‘How is Rembrandt reflected in work by famous French artists? This is the focus of the exhibition. Aside from the usual suspects like Degas and Manet, we would like visitors to get to know artists like Charles Méryon and Félix Bracquemond, perhaps not as well known today, who were key figures in the French network of artists. The exhibition design is light and fresh, transporting you to the French countryside or the heart of Paris.’
– Lidewij de Koekkoek, Director, The Rembrandt House Museum

Background Story: The Rembrandt Revival

The foundation of the French Academy in 1648 brought about a shift in attention to classical art. Rembrandt’s distinctive style did not sit well with the prevailing taste, particularly in France, but in the eighteen-thirties a number of French artists rebelled against the classical rules of the Academy. They discovered a renewed interest in Rembrandt. To them he was the ultimate example of a non-conformist artist who strove for realism and artistic innovation.

The artists of the Barbizon School studied his etchings in particular and were inspired by his use of chiaroscuro, his creation of several states of an etching and his experiments with different kinds of paper. This etching revival developed further in Paris, where Rembrandt’s influence is evident in works by many artists, from Charles Méryon to Odilon Redon.

We can see an example of the direct influence Rembrandt’s etchings had in this work by Félix Bracquemond. The geese in his country landscape sense that rain is on the way, literally: a thunderstorm is approaching. The heavy clouds are emphasized by bright rays of sunlight. Bracquemond’s inspiration for this etching is unmistakable: he had seen Rembrandt’s famous etching of the three trees. There was an impression of this etching in the Print Room at the Louvre. Many artists visited this museum in the heart of Paris for inspiration.

Rembrandt in Paris: Manet, Méryon, Degas and the Rediscovery of Etching (1830-90) runs from 21 September 2018 to 6 January 2019 in The Rembrandt House Museum and is made possible by Gravin van Bylandt Stichting, Janssens Friesche Stichting and other foundations that wish to remain anonymous.

Download all press images here: https://we.tl/3sjlC5iY6l

Note for editors, not for publication:
For more information please contact
Nathalie Maciesza at press-office@rembrandthuis.nl | M: +31 (0) 6 41216721
The Rembrandt House Museum, Jodenbreestraat 4, 1011 NK Amsterdam
Opening times: daily from 10 a.m. to 6 p.m.
www.rembrandthuis.nl

Appel à communication : « Les échanges humanistes dans les provinces du Nord pendant la Renaissance » (Saint-Omer, 7-8 juin 2019)

Simon Ogier, Vervinum ad illustrissimum virum ac ornatissimum hominem domini Georgium ab Austria, Douai, 1608.

Appel à communications pour le colloque international de Saint-Omer, du 7 et 8 juin 2019, organisé conjointement par le Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés (EA 4027 CREHS – université d’Artois), et la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO) représentée par sa Bibliothèque et son Université Populaire. Date limite : 31 octobre 2018.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme de recherche pluridisciplinaire : La Renaissance dans les Provinces du Nord, coordonné depuis 2015 par Charles Giry-Deloison et Laurence Baudoux, et dans la continuité des journées d’études annuelles organisées au sein de ce programme à l’université d’Artois.

En ce sens, le propos de cette rencontre est d’interroger les diverses manifestations de la Renaissance dans les Anciens Pays Bas aux XVIe et XVIIe siècles, touchant les principaux champs des humanités (philosophie, lettres et arts), et en se concentrant plus particulièrement sur les échanges, rencontres et associations entre les différents acteurs de cette renaissance culturelle.

Quelques pistes de réflexion

Une attention particulière pourra être portée aux cercles humanistes du nord et à l’œuvre de leurs membres. Érasme est bien sûr une figure incontournable, et des communications novatrices sur son œuvre et son rayonnement dans les Pays-Bas méridionaux régions sont les bienvenues. En particulier si elles mettent en lumière des pans méconnus de son activité dans les contrées du Nord. Mais nous espérons aussi que ce sera l’occasion de mettre à l’honneur des figures moins connues de l’humanisme du Nord : le poète audomarois Simon Ogier, Stefano Colona, prévôt de Saint-Omer et ami de Pétrarque, Jean Carpentier, Sidrach de Lallaing, chanoine de Saint-Omer, Jean le Huvetier de Ferrière dit Ferrarius, Charles de Harchies et sa femme, Marie de Longueval, François Mosch de Nivelle, Lucas Fruterius, Antoine Coquellius, Antoine de Blondel, baron de Cuincy, fondateur du cercle littéraire baptisé « Banc poétique du baron de Cuincy » ou encore Lamot de Béthune. Autant de noms plus ou moins tombés dans l’oubli et qui mériteraient pourtant d’être rappelés à la mémoire.

Une autre thématique attendue est la mise en lumière de l’importance des personnalités intellectuelles qui ont gravité autour de ces cercles humanistes du Nord, sans nécessairement pouvoir être pleinement considérées comme des humanistes eux-mêmes. Il s’agit souvent de mécènes ou d’ecclésiastiques qui ont protégé, aidé ou échangé avec les humanistes qui leur ont souvent dédicacé leurs œuvres : Guillaume Fillastre le Jeune, Jean Vitrier, Jean Quonus, prieur de la chartreuse de Longuenesse, Jean Sarazin, archevêque de Cambrai, Pierre Nizard, secrétaire de l’archevêque de Cambrai, Michel d’Esne, évêque de Tournai, Jacques Blase, évêque de Saint-Omer, ou encore Louis Hertauld, abbé de Clairmarais.

Un troisième axe portera sur la circulation de la littérature humaniste dans ces régions, à travers le témoignage des archives mais aussi des collections des bibliothèques du Nord de la France et de la Flandre méridionale. Les marques de provenance repérées dans les imprimés du XVIe siècle, conservés à la bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, en sont autant de témoignages qui attendent encore d’être exploités par les historiens du livre à l’époque moderne et de la circulation des idées en Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Le rôle des libraires et des imprimeurs des grandes villes du Nord dans la diffusion des idées humanistes et les liens qu’ils entretenaient avec les milieux humanistes mériteraient aussi de nouvelles recherches.

Organisation pratique

Le voyage, les repas et le logement des communicants sont pris en charge par les organisateurs. Les frais de déplacement vous seront remboursés sur les bases suivantes :

Avion : au prix réel mais pour un billet pris suffisamment à l’avance et après accord préalable de notre part.
Billet SNCF : 2° classe, par le trajet direct.
Véhicule personnel : sur la base des indications fournies par le site internet « Via Michelin », avec les options suivantes : Trajet recommandé par Via Michelin Véhicule : voiture compacte Carburant : SP95. Prix au litre : site gouvernemental « prix des carburants » au moment du colloque. Avec péages autoroutiers.
L’hébergement est assuré à partir du vendredi midi jusqu’au dimanche matin, soit deux nuits. Les repas vous sont offerts du vendredi midi au dimanche matin.

Si vous êtes accompagné (e) d’une personne : Les frais de transport d’un accompagnant ne sont pas pris en charge, sauf si vous voyagez dans la même voiture. Nous nous chargeons de la réservation des chambres, pour vous et un accompagnant, à condition qu’il (ou elle) occupe la même chambre que vous. Nous assurons les repas des accompagnants.

Les actes du colloque seront publiés.
Voici le déroulement souhaité par le comité scientifique :

Date limite d’envoi des propositions de communications (titre, éventuellement provisoire, et bref résumé) : Mercredi 31 octobre 2018.
Réunion du conseil scientifique et élaboration du programme : courant novembre 2018. Vous recevrez aussitôt un courrier vous avisant de la décision du conseil scientifique.
Envoi des résumés : Mercredi 15 mai 2019.
7-8-9 juin 2019 : colloque et excursion. Le dimanche 9 juin vous pourrez vous joindre à une excursion sur les sites « Renaissance » de la CAPSO, dans le cadre de l’exposition sur les livres d’architecture proposée à la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer (BAPSO).
Si vous êtes intéressé(e) par cette proposition, nous vous prions de bien vouloir envoyer votre proposition au comité organisateur avant le mercredi 31 octobre 2018 par e-mail :

Rémy Cordonnier (r.cordonnier@capso.fr)
Laurence Baudoux (laurence.baudoux@gmail.com)
Charles Giry-Deloison (charles.girydeloison@univ-artois.fr)
Marion Gurdebeke (m.gurdebeke@ca-pso.fr).
Composition du comité scientifique

Laurence Baudoux (MCF HDR histoire de l’art moderne, CREHS – Univ. Artois)
Rémy Cordonnier (Dr. histoire de l’art médiéval, Resp. fonds anciens, BA St-Omer, cherch. assoc. IRHiS – Univ Lille)
Charles Giry-Deloison (PR histoire moderne, CREHS – Univ. Artois)
Samantha Heringez (Dr. histoire de l’art moderne, (cherch. assoc. CESCR – Univ. Tours)
Frédérique Lemerle-Pauwels (Dr. histoire de l’art moderne, Directeur de recherche CNRS)
Yves Pauwels (PR histoire de l’art moderne, CESCR – Univ. Tours)
Annie Regond (Dr. histoire de l’art moderne, ancien Inspecteur des Monuments historiques, cherch. assoc. CHEC – Univ. Clermont Auvergne)

Carnet des Amis de l'art nordique en France