Appel à publication : Abraham Bloemaert

Appel à publication : Abraham Bloemaert sous la direction de Léonie Marquaille (université de Lausanne) dans le cadre du projet du Fonds National Suisse : Un siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle (université de Genève)

Comité scientifique :

Susanne Bartels (université de Genève)

Jan Blanc (université de Genève)

Marije Osnabrugge (université de Genève)

Le deuxième numéro de la collection, Gouden eeuw: New Perspectives on Dutch seventeenth-century Art, publié chez Brepols, sera consacré au peintre d’Utrecht Abraham Bloemaert. L’artiste a suscité un réel intérêt depuis la publication du catalogue raisonné des peintures (Marcel Roethlisberger, 1993), complété plus récemment par le catalogue des dessins (Jaap Bolten, 2007), et a été au cœur d’une exposition majeure (The Bloemaert effect, 2012, Utrecht & Schwerin). Si la perspective monographique a été globalement privilégiée, ce recueil de textes a pour ambition d’élargir les recherches afin de mieux inscrire Abraham Bloemaert et son atelier au sein de la production artistique telle qu’elle se développe à Utrecht, dans les Provinces-Unies, et plus largement dans le reste de l’Europe, au cours de la première moitié du xviie siècle. Afin d’ouvrir de nouvelles perspectives de réflexion, le rôle de l’atelier ainsi que les différentes pratiques artistiques (peinture, gravure, dessin) qui y prennent place doivent être mieux pensés.

L’œuvre d’Abraham Bloemaert peut servir de fil conducteur à des questionnements variés. L’étude des stratégies de carrière d’Abraham Bloemaert pourra permettre de mieux comprendre comment l’artiste a pu développer un atelier riche en élèves et en assistants, lui laissant la possibilité d’avoir une production conséquente mais aussi de s’illustrer dans des domaines de spécialités particulièrement variés, renvoyant à une conception du peintre universel encore en place au début du xviie siècle à Utrecht. L’importance accordée à la peinture d’histoire, qu’il faut mettre en relation avec le contexte artistique et social d’Utrecht, devrait conduire à définir les spécificités de la ville d’Utrecht dans ses rapports avec les autres provinces et centres artistiques.

Si la construction du réseau d’Abraham Bloemaert repose en grande partie sur la dimension confessionnelle, la mobilité de ses apprentis, pendant leur formation et après le passage dans l’atelier, lui permet d’intégrer d’autres horizons d’attente, notamment ceux d’un public sensible aux sujets de la vie quotidienne. Dans quelle mesure se développent, autour d’Abraham Bloemaert et à partir de l’atelier, de nouveaux thèmes iconographiques ? Quel rôle joue l’atelier d’Abraham Bloemaert dans la diffusion de nouveaux modèles, issus de l’art italien, en particulier par l’intermédiaire des « caravagesques d’Utrecht », mais aussi façonnés par la proximité des Flandres ?

L’étude de l’atelier doit aussi permettre de mieux comprendre comment s’articulent, au sein d’un même espace, les différentes pratiques artistiques. Les études ont surtout mis l’accent sur la peinture, le dessin autorisant alors l’étude de la génétique de l’œuvre tandis que l’estampe celle de sa diffusion. Il convient de mieux intégrer ces pratiques au sein du contexte plus général de l’atelier. Le dessin n’a-t-il qu’un rôle dans l’apprentissage ou sert-il aussi de répertoire de formes précisément destiné aux élèves et à être employé dans de nouvelles compositions peintes ? Est-ce que seuls les fils d’Abraham (Adriaen, Cornelis II, Hendrick, Frederick) se sont chargés de la diffusion de son œuvre ? Au moment où Cornelis II rejoint l’atelier, comment la gravure y est-elle intégrée comme une pratique d’atelier à part entière ? À la mort d’Abraham, qu’advient-il de l’atelier, mais aussi du fonds d’atelier (dessins, plaques de cuivre) ?

Finalement, il est nécessaire de tenir compte de la réception immédiate des œuvres d’Abraham Bloemaert dans les Provinces-Unies. Abraham Bloemaert doit-il être considéré comme « le père de l’école d’Utrecht » (Van Eck, 2012) et le fondateur d’une dynastie d’artistes ? La réception de l’œuvre de Bloemaert pourra aussi être envisagée dans un temps plus long allant au-delà du XVIIe siècle, caractérisé par la diffusion de modèles issus de l’atelier, mais aussi par les premiers catalogues de l’œuvre de Bloemaert.

Plusieurs sujets, qui n’épuisent certes pas le champ des possibles, pourront ainsi être abordés :

  • Le fonctionnement commercial de l’atelier d’Abraham Bloemaert
  • La diversité des membres de l’atelier, leurs différents statuts et leurs stratégies de carrières
  • Le rôle des fils dans les pratiques d’atelier
  • L’importance de l’appartenance confessionnelle dans la détermination des sujets et des traitements
  • L’articulation entre peinture, dessin et gravure
  • La mobilité des artistes et les échanges artistiques
  • Le contexte institutionnel et intellectuel à Utrecht
  • La diffusion et la réception des œuvres
  • La fortune critique d’Abraham Bloemaert

Modalités de soumission :

Les propositions d’articles peuvent être envoyées sous la forme d’un synopsis détaillant les enjeux et les apports de l’article, aussi bien intellectuels que documentaires et d’un plan détaillé (max. 400 mots). Les articles en français ou en anglais devront compter 8000 mots, accompagnés de 8 à 10 illustrations. En cas d’acceptation et pour garantir la qualité scientifique de l’ouvrage, les textes seront soumis à une évaluation par les pairs (peer review).

Les propositions sont à envoyer avant le 15 février 2019 à leonie.marquaille@unil.ch.

Les articles devront être livrés au 1er juin 2019.

Publication : Dictionnaire des Pays-Bas au Siècle d’or

Découverte sous toutes ses formes d’une période phare de l’histoire européenne.

Le « Siècle d’or » (XVIIe siècle) des Provinces-Unies fut une réalité reconnue dès l’époque, tant par les Néerlandais eux-mêmes que par les innombrables étrangers, voyageurs, commerçants ou réfugiés, qui affluèrent de toutes parts. Phare de l’espace européen de leur temps, les Pays-Bas se sont illustrés par des innovations en des domaines les plus variés : politique avec leur système républicain, technique avec les poldérisations, économique avec leur établissement bancaire, artistique avec des peintres d’exception, religieux avec une gestion des cultes marquée par un impératif de tolérance alors exceptionnel en Occident.

C’est ce pays en effervescence que nous présente ce dictionnaire à travers 500 notices dus à plus de 100 spécialistes, couvrant tous les domaines de la vie : de la traite des esclaves à l’interprétation de l’Écriture sainte, du commerce avec les colonies à la peinture à l’huile, des guerres de Hollande à la production du fromage, du patinage aux Lumières radicales. Philosophes, artistes, personnages historiques, familles de notables complètent cette présentation du pays. L’eau, enfin que ce soit celle de la mer ou des fleuves, occupe une place spécifique : des inondations à la construction navale, des écluses aux canaux, et à la cartographie.

Les directeurs de l’ouvrage :

  • Catherine Secrétan est directrice de recherche émérite au CNRS, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire des idées aux Pays-Bas, lauréate de l’Académie des Sciences morales et politiques et du Prix franco-néerlandais Descartes-Huygens.
  • Willem Frijhoff est professeur émérite d’histoire moderne à l’Université libre d’Amsterdam et professeur invité d’histoire culturelle à l’Université Érasme à Rotterdam. Il a publié de nombreux travaux sur l’histoire culturelle et religieuse des Pays-Bas et l’histoire de l’éducation et des universités en Europe.

Dictionnaire des Pays-Bas au Siècle d’or, sous la direction de Catherine Secrétan et Wilhem Frijhoff, CNRS EDITIONS, octobre 2018, 888 p., 39 euros.

Colloque : « Il n’y a pas de Pyrénées ». Circulation des artistes entre France et Pays-Bas espagnols au XVIIe siècle (Bruxelles, 11-12 janvier 2019)

Journées d’études internationales organisées par la Société française d’étude du XVIIe siècle, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, l’Académie royale de Belgique, l’Université catholique de Louvain et l’Université libre de Bruxelles.

Organisation : Manuel Couvreur, Sabine Van Sprang et Ralph Dekoninck

PRÉSENTATION

L’historiographie des relations entre la France et l’Espagne a toujours privilégié la seule Espagne péninsulaire, celle d’au-delà des Pyrénées, oubliant souvent que ce même royaume bornait aussi la France sur ses frontières Nord : une frontière qui, au gré des conflits territoriaux entre les deux monarchies, n’a cessé de se déplacer sur cette région désignée de manière tout aussi floue sous la dénomination de Flandres.

Nombre d’études récentes ont mis en lumière la circulation intense des artistes et des œuvres entre la Péninsule et les Pays-Bas espagnols, depuis la publication du Lazarillo de Tormes à Anvers dès 1554, jusqu’au séjour de Rubens à Madrid en 1628-1629. Dans le domaine musical, même circulation constante entre la célèbre Capilla flamenca que Charles-Quint avait instituée en 1515 et la chapelle royale de Madrid, systématiquement confiée à des maîtres originaires des Pays-Bas, et le plus souvent hennuyers : de leur fusion en 1637, il résulta une unique Capilla real, officiant à Madrid et à Bruxelles.

Entre ces deux espaces placés sous l’autorité du roi d’Espagne et sans doute plus unifiés culturellement que les historiographies nationales n’ont souvent voulu l’admettre, le royaume de France. Malgré les alliances matrimoniales avec les infantes Anne puis Marie-Thérèse d’Autriche, la France fut en conflit quasi constant avec l’Espagne, conflit parfois larvé, mais continument ouvert à partir de la guerre de Dévolution déclarée le 24 mai 1667, jusqu’à la ratification du traité de Baden, le 7 septembre 1714.

Ce demi-siècle de guerre sur les frontières du Nord, n’a pas empêché les artistes des Pays-Bas espagnols de se rendre en France, comme l’avaient fait, dans la première moitié du siècle, le Bruxellois Philippe de Champaigne ou le Athois Jacques de Saint-Luc. C’est en repartant du parcours déjà largement étudié de ces illustres devanciers, que le présent colloque souhaite évaluer celui de leurs successeurs dans la seconde moitié du siècle, période nettement moins étudiée et pourtant tout aussi riche en circulation croisée.

Nombreux furent en effet les artistes formés aux Pays-Bas espagnols qui firent carrière au service de Louis xiv, comme les peintres Nicasius Bernaerts, Adam van der Meulen, ou Pieter Boel, voire les frères Le Nain, les sculpteurs Gérard van Opstal, voire les frères Gaspard et Balthazar Marsy, les musiciens Nicolas Hotman, Thomas-Louis Bourgeois ou Jacques Lœillet. Leur nombre était si important qu’à Paris, ils s’étaient fait des lieux de ralliement de certains « cafés flamands ». Au tournant du xviiie siècle, la cour de Maximilien-Emmanuel, gouverneur des Pays-Bas espagnols, fut contrainte de s’installer à Lille, puis à Suresnes : ce prince amateur de musique fit alors découvrir en France des formes nouvelles. Certains de ses musiciens restèrent en France, d’autres qu’il y avait recrutés, comme le dramaturge et musicien Nicolas Racot de Grandval ou le portraitiste Joseph Vivien, l’accompagnèrent jusqu’en Bavière.

L’un des aspects négligés que le colloque entendra mettre en évidence est que cette circulation ne se faisait pas en sens unique : Antoine Arnauld trouva refuge en 1678 à Bruxelles où Fénelon vint corriger les épreuves de son Télémaque ; Henri Desmarest y composa des motets pour Maximilien-Emmanuel, mademoiselle de Maupin y fit ses débuts de cantatrice, le chorégraphe Pierre Deschars y fit carrière.

En outre, les échanges culturels entre la France et les Pays-Bas espagnols ne se limitent pas à la circulation des individus. Tournai devenue française en 1667 verra ses célèbres manufactures tisser les cartons de Charles Le Brun, à l’instar de celles des Gobelins. Bruxelles devint la capitale de la contrefaçon des livres français et le lieu d’édition d’ouvrages interdits en France mais dont le marché était inondé, tout autant que le fut celui du marché d’art par les tableaux flamands.

Afin de dépasser l’accumulation de parcours individuels, les intervenants seront invités à aborder systématiquement quelques questions fondamentales : spécificité de la formation initiale et son intérêt par rapport au pays cible ; motivations du déplacement vers celui-ci ; identification des réseaux favorisant ces circulations ; évaluation de l’influence du contexte initial sur l’évolution de leur esthétique et originalité éventuelle de celle-ci au sein de la production artistique du pays cible. Le présent colloque ne vise pas à traiter de manière exhaustive ce domaine neuf, aussi vaste que complexe, mais s’efforcera, d’une part, d’initier une dynamique de recherche internationale et de tracer les axes les plus porteurs.

PROGRAMME

Vendredi 11 janvier 2019

14h30 : Bozar
Theodoor van Loon. Un peintre caravagesque entre Rome et Bruxelles
Visite guidée, par Sabine van Sprang, commissaire de l’exposition.

17h : Palais des Académies (salle de marbre)

  • Pierre Laurens (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) et Florence Vuilleumier-Laurens (Université de Brest) : Échos de la guerre de dévolution et de la guerre de Hollande à la Galerie des glaces de Versailles (titre sous réserve)
    La conférence sera suivie d’un drink.

Samedi 12 janvier 2019 : Musées royaux des beaux-arts de Belgique (auditorium B)

10h30. Accueil

11h-13h Le contexte historique et artistique

  • Bruno Demoulin (Université de Liège) : Le contexte historique
  • Mickaël Szanto (Centre André Chastel) : Peinture et marché d’art
  • Jean-Philippe Van Aelbrouck (Université libre de Bruxelles) : Le spectacle (danse et théâtre)
  • Fanch Thoraval (Université catholique de Louvain) : Musique

14h30-18h : Approches ponctuelles

1re table ronde : (14h30-15h45)

  • Gwendoline de Mûêlenaere (UGent-FWO) : Les frontispices de thèse entre France et anciens Pays-Bas
  • Delphine Schreuder (UCL) : Étude comparée des frontispices des traités de fortification entre France et anciens Pays-Bas
  • Nathalie Dereymaeker (Université de Lille Sciences humaines et sociales-UCL) : Étude comparée des plans en reliefs
  • Anne Delvingt (ULB) : La peinture caravagesque flamande en France dans la seconde moitié du xviie siècle

2e table ronde : (16h.-17h45)

  • Eduardo Lamas Delgado (IRPA-ULB) : Les artistes franc-comtois à Madrid, sujets flamands du roi d’Espagne (1650-1700)
  • Géraldine Patigny (IRPA-ULB) : Des sculpteurs « flamands » à Versailles (Van Osptal et van den Bogaert)
  • Jean-Philippe Huys (Centre international pour l’étude du xixe siècle) : Présence des écrivains et plasticiens français à Bruxelles sous Maximilien-Emmanuel de Bavière (Fénelon, Du Bos, Vivien)

Informations : http://www.17esiecle.fr/wp-content/uploads/2018/11/Programme-du-Colloque-France-Pays-espagnol.pdf

Appel à candidatures : Prix d’Amsterdam 2019

Le Prix d’Amsterdam, attribué par l’ambassade des Pays-Bas en France et par le Réseau Franco-Néerlandais, a pour objectif de récompenser tous les deux ans un/e étudiant/e français/e afin de l’inciter à poursuivre des recherches scientifiques sur la culture, l’histoire, la politique et/ou la langue néerlandaises aux Pays-Bas. La dotation de ce prix d’excellence est de 15.000 €. La remise officielle a lieu à la résidence des Pays-Bas en France. Sont éligibles des étudiant/es et jeunes diplômé/es français/es en histoire, histoire de l’art, lettres, langue et culture, sciences politiques, sociologie, anthropologie, philosophie, droit, économie, journalisme, géographie, urbanisme, architecture, arts, psychologie et éducation.

La date limite de réception des dossiers de candidature au Prix d’Amsterdam est le 31 mars 2019.

Pour de plus amples informations sur l’appel à candidatures, la procédure et le dépôt des dossiers, cliquez ici.
Contact : thomas.beaufils@univ-lille.fr.

Conférence : « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » (Paris, 15 novembre 2018)

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Qu’elles soient institutionnelles ou marchandes, les loteries visèrent un même objectif : rapporter le plus d’argent possible à leurs organisateurs. Dans la mesure où les lots à gagner consistaient en une gamme étendue d’objets d’art et de luxe, les moyens déployés pour les mettre en valeur et stimuler le désir de les posséder ne manquent pas d’intérêt pour qui s’intéresse à l’histoire des marchés artistiques, car ils anticipent bien des principes que l’on retrouvera ultérieurement dans le développement des ventes aux enchères d’œuvres d’art. Jeu de hasard spectaculaire et populaire, la loterie n’a pas moins contribué à nourrir la réflexion morale sur les aléas de la Fortune, l’inconstance de la richesse matérielle, les vicissitudes de la vie humaine, et le Fatum qui occupèrent une place croissante dans l’humanisme chrétien septentrional. Ainsi, la conférence s’intéressera à la vie sociale des objets ayant circulé par le biais de loteries, en privilégiant une double perspective, économique et morale.

Historienne de l’art de la première modernité, Sophie Raux est professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190) où elle assure la responsabilité de l’axe Art, Images, Sociétés. Ses recherches portent essentiellement sur l’histoire économique et sociale de l’art et de la culture visuelle des anciens Pays-Bas et de la France. Elle a codirigé les ouvrages Moving Pictures. Intra European Trade in Images XVIth-XVIIIth c. (Turnhout, Brepols 2014) et A perte de vue, les nouveaux Paradigmes du visuel (Dijon, Presses du réel, 2015). Elle a publié récemment Lotteries, Art Markets, and Visual Culture in the Low Countries, XVth-XVIIth c., Leyde, Brill, 2018, dans la collection Studies in the History of Collecting & Art Markets.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Conférence du GRHAM: « Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Carnet des Amis de l'art nordique en France