Appel à communication : « Les échanges humanistes dans les provinces du Nord pendant la Renaissance » (Saint-Omer, 7-8 juin 2019)

Simon Ogier, Vervinum ad illustrissimum virum ac ornatissimum hominem domini Georgium ab Austria, Douai, 1608.

Appel à communications pour le colloque international de Saint-Omer, du 7 et 8 juin 2019, organisé conjointement par le Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés (EA 4027 CREHS – université d’Artois), et la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO) représentée par sa Bibliothèque et son Université Populaire. Date limite : 31 octobre 2018.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme de recherche pluridisciplinaire : La Renaissance dans les Provinces du Nord, coordonné depuis 2015 par Charles Giry-Deloison et Laurence Baudoux, et dans la continuité des journées d’études annuelles organisées au sein de ce programme à l’université d’Artois.

En ce sens, le propos de cette rencontre est d’interroger les diverses manifestations de la Renaissance dans les Anciens Pays Bas aux XVIe et XVIIe siècles, touchant les principaux champs des humanités (philosophie, lettres et arts), et en se concentrant plus particulièrement sur les échanges, rencontres et associations entre les différents acteurs de cette renaissance culturelle.

Quelques pistes de réflexion

Une attention particulière pourra être portée aux cercles humanistes du nord et à l’œuvre de leurs membres. Érasme est bien sûr une figure incontournable, et des communications novatrices sur son œuvre et son rayonnement dans les Pays-Bas méridionaux régions sont les bienvenues. En particulier si elles mettent en lumière des pans méconnus de son activité dans les contrées du Nord. Mais nous espérons aussi que ce sera l’occasion de mettre à l’honneur des figures moins connues de l’humanisme du Nord : le poète audomarois Simon Ogier, Stefano Colona, prévôt de Saint-Omer et ami de Pétrarque, Jean Carpentier, Sidrach de Lallaing, chanoine de Saint-Omer, Jean le Huvetier de Ferrière dit Ferrarius, Charles de Harchies et sa femme, Marie de Longueval, François Mosch de Nivelle, Lucas Fruterius, Antoine Coquellius, Antoine de Blondel, baron de Cuincy, fondateur du cercle littéraire baptisé « Banc poétique du baron de Cuincy » ou encore Lamot de Béthune. Autant de noms plus ou moins tombés dans l’oubli et qui mériteraient pourtant d’être rappelés à la mémoire.

Une autre thématique attendue est la mise en lumière de l’importance des personnalités intellectuelles qui ont gravité autour de ces cercles humanistes du Nord, sans nécessairement pouvoir être pleinement considérées comme des humanistes eux-mêmes. Il s’agit souvent de mécènes ou d’ecclésiastiques qui ont protégé, aidé ou échangé avec les humanistes qui leur ont souvent dédicacé leurs œuvres : Guillaume Fillastre le Jeune, Jean Vitrier, Jean Quonus, prieur de la chartreuse de Longuenesse, Jean Sarazin, archevêque de Cambrai, Pierre Nizard, secrétaire de l’archevêque de Cambrai, Michel d’Esne, évêque de Tournai, Jacques Blase, évêque de Saint-Omer, ou encore Louis Hertauld, abbé de Clairmarais.

Un troisième axe portera sur la circulation de la littérature humaniste dans ces régions, à travers le témoignage des archives mais aussi des collections des bibliothèques du Nord de la France et de la Flandre méridionale. Les marques de provenance repérées dans les imprimés du XVIe siècle, conservés à la bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer, en sont autant de témoignages qui attendent encore d’être exploités par les historiens du livre à l’époque moderne et de la circulation des idées en Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Le rôle des libraires et des imprimeurs des grandes villes du Nord dans la diffusion des idées humanistes et les liens qu’ils entretenaient avec les milieux humanistes mériteraient aussi de nouvelles recherches.

Organisation pratique

Le voyage, les repas et le logement des communicants sont pris en charge par les organisateurs. Les frais de déplacement vous seront remboursés sur les bases suivantes :

Avion : au prix réel mais pour un billet pris suffisamment à l’avance et après accord préalable de notre part.
Billet SNCF : 2° classe, par le trajet direct.
Véhicule personnel : sur la base des indications fournies par le site internet « Via Michelin », avec les options suivantes : Trajet recommandé par Via Michelin Véhicule : voiture compacte Carburant : SP95. Prix au litre : site gouvernemental « prix des carburants » au moment du colloque. Avec péages autoroutiers.
L’hébergement est assuré à partir du vendredi midi jusqu’au dimanche matin, soit deux nuits. Les repas vous sont offerts du vendredi midi au dimanche matin.

Si vous êtes accompagné (e) d’une personne : Les frais de transport d’un accompagnant ne sont pas pris en charge, sauf si vous voyagez dans la même voiture. Nous nous chargeons de la réservation des chambres, pour vous et un accompagnant, à condition qu’il (ou elle) occupe la même chambre que vous. Nous assurons les repas des accompagnants.

Les actes du colloque seront publiés.
Voici le déroulement souhaité par le comité scientifique :

Date limite d’envoi des propositions de communications (titre, éventuellement provisoire, et bref résumé) : Mercredi 31 octobre 2018.
Réunion du conseil scientifique et élaboration du programme : courant novembre 2018. Vous recevrez aussitôt un courrier vous avisant de la décision du conseil scientifique.
Envoi des résumés : Mercredi 15 mai 2019.
7-8-9 juin 2019 : colloque et excursion. Le dimanche 9 juin vous pourrez vous joindre à une excursion sur les sites « Renaissance » de la CAPSO, dans le cadre de l’exposition sur les livres d’architecture proposée à la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer (BAPSO).
Si vous êtes intéressé(e) par cette proposition, nous vous prions de bien vouloir envoyer votre proposition au comité organisateur avant le mercredi 31 octobre 2018 par e-mail :

Rémy Cordonnier (r.cordonnier@capso.fr)
Laurence Baudoux (laurence.baudoux@gmail.com)
Charles Giry-Deloison (charles.girydeloison@univ-artois.fr)
Marion Gurdebeke (m.gurdebeke@ca-pso.fr).
Composition du comité scientifique

Laurence Baudoux (MCF HDR histoire de l’art moderne, CREHS – Univ. Artois)
Rémy Cordonnier (Dr. histoire de l’art médiéval, Resp. fonds anciens, BA St-Omer, cherch. assoc. IRHiS – Univ Lille)
Charles Giry-Deloison (PR histoire moderne, CREHS – Univ. Artois)
Samantha Heringez (Dr. histoire de l’art moderne, (cherch. assoc. CESCR – Univ. Tours)
Frédérique Lemerle-Pauwels (Dr. histoire de l’art moderne, Directeur de recherche CNRS)
Yves Pauwels (PR histoire de l’art moderne, CESCR – Univ. Tours)
Annie Regond (Dr. histoire de l’art moderne, ancien Inspecteur des Monuments historiques, cherch. assoc. CHEC – Univ. Clermont Auvergne)

Appel à communication : « Portraits et représentations des anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles) » (Arras, 8-9 nov. 2018)

David II Teniers (1610-1690), Le Corps de garde, musée de l’Ermitage, 69 × 103 cm

Appel à communication : Portraits et représentations des anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles), Jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018

Centre de recherche et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS)
Université d’Artois (Arras)

Le programme de recherche pluridisciplinaire La Renaissance dans les Provinces du Nord a été lancé en 2015. Son objectif est d’étudier – en croisant la diversité des sources, approches et thématiques – la singularité des provinces septentrionales de la France et celles des anciens Pays-Bas (Artois, Brabant, Flandre, Hainaut, Picardie), carrefour d’influences et creuset artistique, à une époque à la fois d’intenses conflits politiques et religieux, mais aussi de foisonnement culturel, celle de la Renaissance considérée sur le temps long de la fin xve au milieu du xviie siècle. Trois journées d’études ont déjà eu lieu en novembre 2015, 2016 et 2017 : la première a permis de mettre en place un groupe de travail réunissant différents acteurs de la recherche sur la Renaissance dans les provinces du nord (enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants, post-doctorants, conservateurs du patrimoine dans les musées et les bibliothèques) ; les deux suivantes furent consacrées l’une aux Échanges, hybridité et créativité, l’autre aux Réformes religieuses. La prochaine rencontre (8-9 novembre 2018) sera consacrée aux Portraits et représentations des anciens Pays-Bas.

À une époque où les dimensions du monde connu s’élargissent, où les théories de la perspective se répandent, où, parallèlement, la science optique se développe et crée de nouveaux instruments de mesure profitant à la cartographie, nous proposons d’interroger les Portraits et représentations des anciens Pays-Bas (villes et campagnes) qui recouvrent bien des domaines et une multitude de formes.

Topographie : représentations militaires et sièges de villes, campagne et paysage

Le « pourtraict » des villes, que commandent les échevins pour leur salle d’assemblée, comme celui des sites (Albums de Croÿ, Flandria illustrata…) posent maintes questions : la fiabilité ou la fiction de la représentation, l’angle de vue, la méthode utilisée, le but recherché – gestion, administration juridique et financière ; ouvrages d’érudition … – qui peuvent varier selon les attentes du commanditaire, les conditions historiques et les normes en usage.

L’arpenteur et l’ingénieur, le dessinateur et le graveur ou le peintre jouent donc un rôle essentiel – et ceci pose la question du métier – : ce sont eux qui guident le regard du spectateur vers le sujet, lui montrent ce qui doit être vu et retenu.

Pour les mêmes raisons, le paysage à l’arrière-plan des scènes de bataille, comme des portraits officiels et de particuliers, ou celui qui entoure un château ne sera pas négligé.

Portrait littéraire : descriptions des entrées princières, récits de voyages, correspondance diplomatique

Aux représentations graphiques et picturales s’ajoutent les sources textuelles qui permettent d’aborder la ville d’une manière plus sélective, par exemple dans les descriptions des entrées princières, où les monuments principaux et symboliques de la ville sont mis en vedette par le choix d’un itinéraire judicieusement défini et par les haltes qui s’y tiennent. On y joindra les récits de voyages et la correspondance diplomatique.

Portrait de la société : les habitants et leurs mœurs

Enfin, le portrait d’un pays, d’une ville ou de la compagne qui l’environne, c’est aussi celui de ses habitants et de leurs coutumes, de leurs fêtes : la peinture des mœurs affleure dans les récits de voyages et constitue le terreau de la peinture de genre.

Les propositions de communication (15 à 20 lignes) seront accompagnées d’un bref CV

Date limite : 30 juin 2018

À adresser à :
Charles Giry-Deloison : charles.girydeloison@univ-artois.fr
et
Laurence Baudoux : laurence.baudoux@gmail.com

Confirmation par le comité scientifique : 15 juillet 2018

Inauguration du projet LexArt – Words for art : The Rise of a Terminology (1600-1750) (Paris, DFK, 7 juin 2018, 14:30)

Le programme de recherche LexArt étudie le vocabulaire artistique tel qu’il s’élabore au XVIIe siècle, se diffuse au Nord des Alpes et se transforme au début du XVIIIe siècle en relation avec les pratiques artistiques.
Le but du projet LexArt est de proposer un instrument de travail nouveau à la fois réflexif et documentaire, conçu en trois volets :

  • Un volume théorique qui aborde les questions méthodologiques, thématiques et/ou transverses
  • Un dictionnaire de termes et de notions de peinture à l’époque moderne
  • Une base de données qui rassemble l’ensemble des citations et définitions relatives à 1200 termes dans chaque langue.

Cette présentation sera l’occasion de dévoiler le fonctionnement de la base de données et son intérêt pour ce qui concerne la théorie de l’art nordique.

Le projet LexArt est financé par l’Union Européenne dans le cadre du « Seventh Framework Program » et a réuni une équipe d’une dizaine de jeunes chercheurs européens soutenus par un comité scientifique international.

Intervenants

  • Michèle-Caroline Heck (professeur à l’université de Montpellier, porteur du projet)
  • Marije Osnabrugge (Postdoctoral Research Fellow, Université de Genève)
  • Aude Prigot (Chargée de recherche, Fondation Custodia)
  • Léonard Pouy (Ater, Université d’Aix-Marseille)

___

Informations pratiques

7 juin 2018 – 14h30

Centre allemand d’histoire de l’art – Hôtel Lully
45, rue des Petits Champs
F-75001 Paris

entrée libre

Colloque : Le Siècle d’or, un nouvel âge d’or ? Survivances d’un mythe dans les Provinces-Unies du XVIIe siècle (Genève, 31 mai-1er juin 2018)

Joachim Wtewael, L’Âge d’or, 1605, huile sur cuivre, 22,5 x 30,5 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. 1993.333.

Le Siècle d’or, un nouvel âge d’or ?
Survivances d’un mythe dans les Provinces-Unies du XVIIe siècle

La notion néerlandaise de « siècle d’or » (gulden ou gouden eeuw), apparue durant la deuxième moitié du xvie siècle, intéresse par son ambiguïté. Elle désigne d’abord l’« âge d’or » décrite par les auteurs grecs et latins, cette humanité mythique des premiers temps qui aurait vécu sous la protection de Saturne, dans la paix et le bonheur, et en harmonie avec la nature.
Mais cette notion est également utilisée par les Néerlandais eux-mêmes pour qualifier la société à laquelle ils appartiennent – ou souhaitent appartenir –, après l’indépendance des Provinces-Unies, conquise aux dépens de l’Espagne.
Modèle d’une société idéale qu’il s’agit de faire revivre, de réactiver, voire de réinventer, l’«âge d’or » apparaît ainsi comme l’un des mythes fondateurs du « siècle d’or » naissant, dont les différentes facettes seront explorées au cours de ce colloque international et interdisciplinaire.
Ce colloque est le premier d’une série de journées d’étude organisées dans le cadre du projet «Un Siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du xviie siècle », dirigée par le prof. Jan Blanc et financé par le Fonds national de la recherche scientifique (2017-2021).

JEUDI 31 MAI
8h30 ACCUEIL
9h Jan Blanc, Université de Genève
Le siècle d’or hollandais : une modernité paradoxale

I. Mythes / Myths
9h30 Liza Méry Spector, Université de Poitiers
D’Hésiode à Ovide: le mythe de l’Âge d’or dans l’Antiquité gréco-romaine
10h PAUSE
10h30 Jeroen Jansen, Universiteit van Amsterdam
The very oldest and best poets. Originality in Dutch Golden Age poetics
11h Céline Bohnert, Université de Reims
L’âge d’or ovidien au XVIIe siècle: textes, commentaires et gravures
11h30 DISCUSSION
12h DÉJEUNER

II. Temps / Times
1. Aetas aurea et gulden eeuw au début du xviie
siècle / Aetas aurea and gulden eeuw in early 17th century
14h Ralph Dekoninck, Université de Louvain
Concordia Mundi. La quête iréniste d’Otto van Veen entre passé et présent
14h30 Saskia Cohen-Willner, Universiteit van Amsterdam
Karel van Mander and the invention of the Golden Age
15h DISCUSSION
15h30 PAUSE

2. Nostalgies et utopies / Nostalgia and utopias
16h Maria Aresin, Kunsthistorisches Institut in Florenz
From Peace to Pain: the Four Ages of man as a historiographical model and as images.
16h30 Elinor Myara Kelif, CNRS–Centre André Chastel–LabEx EHNE
«Iustitia et Pax osculatae sunt»: messianisme politique et âge d’or, de Dirck de Quade van Ravesteyn à Johan Wierix
17h DISCUSSION
18h FIN DE LA PREMIÈRE JOURNÉE

VENDREDI 1ER JUIN
8h30 ACCUEIL
III. Sociétés / Societies
3. Honneur et profit / Honour and profit
9h Judith Noorman, Universiteit van Amsterdam
«Eer voor goet» in 17th-century Dutch art and honour culture
9h30 Juliette Roding, Universiteit van Leiden
«Honour and profit» in 17th-century Dutch art and art theory
10h DISCUSSION
10h30 PAUSE
4. Identités et représentations / Identities and representations
11h Lotte Jensen, Radboud Universiteit Nijmegen
The Dutch Golden Age and the shaping of a Dutch sense of identity
11h30 DISCUSSION
12h DÉJEUNER

IV. Espaces / Spaces
5. Ici / Here
14h Marije Osnabrugge, Université de Genève
Localizing Dutch Italianate landscape painting: artistic practice and the formation of a sub-genre
14h30 Miriam Volmert, Universität Zürich
Creating Spaces for a Golden Age. Visions of Past and Present in the Dutch Vernacular Landscape
15h Stijn Bussels & Lorne Darnell, Universiteit van Leiden
Discourses on modern architecture, or how the Dutch created a sacred and native Golden Age
15h30 DISCUSSION
16h30 PAUSE

6. Là-bas / There
17h Sarah Walsh Mallory, New York University
Memory spaces and far away places: printed images of Dutch Mauritius, c. 1600
17h30 Maria Holtrop, Rijksmuseum Amsterdam
Aurea aetas, Golden Age or Age of Gold: different ways of looking at the Dutch seventeenth century
18h DISCUSSION
19h FIN DU COLLOQUE

ORGANISATION
Prof. Jan Blanc (UNIGE)
Léonie Marquaille (UNIL)
Susanne Bartels (UNIGE)
Marije Osnabrugge (UNIGE)

AIDE LOGISTIQUE
Léa Eigenmann, Constantin Favre, Jeanne Gressot, Léa Hernot, Clara May, Leïla Thomas, Maeva Velasquez

Expositions : De Delft à Desvres, 6 expositions partenaires dans les Hauts-de-France (avril-septembre 2018)

Carreau au soldat, Pays-Bas, ca 1640 13×13, Leuwarden, galerie Regts © Regts – Antique Tiles

Plusieurs musées de la région Hauts-de-France se sont associés pour organiser en 2018 six expositions, une dans chacune de leur structure, offrant ainsi aux visiteurs un parcours dans la région. De Delft à Desvres est un projet qui concerne tout un territoire, dont les frontières ont fluctué au gré de l’affrontement entre la France et les Pays-Bas espagnols puis autrichiens ; un projet qui illustre la rencontre des cultures flamande et picarde en terres françaises et belges ; un projet qui met en valeur une des richesses du patrimoine des Hauts-de-France : la faïence !
Du plat pays flamand aux collines vallonnées du Boulonnais, en passant par les terres audomaroises, six musées vous accueilleront pour vous raconter le merveilleux voyage des faïences et des motifs… Bateaux navigant sur les flots, personnages comiques, créatures mythologiques surprenantes, motifs géométriques colorés… Chaque exposition dévoilera un pan de la riche histoire des carreaux et autres pièces de faïence du nord de l’Europe, des majoliques hollandaises du 16e siècle aux productions du 19e siècle, sorties de manufactures implantées à Delft, à Desvres, à Gand où dans bien d’autres centres encore.

FIGURES SUR CARREAUX
Musée de l’hôtel Sandelin, Saint-Omer
25 avril > 29 juillet 2018

QUAND LES FAÏENCES SE FONT TABLEAUX
Musée de la céramique, Desvres
14 avril – 16 septembre 2018

AU-DELÀ DU DÉCOR : REGARDER LES CARREAUX COMME ON REGARDE UN TABLEAU
Musée des Augustins, Hazebrouck
14 avril – 16 septembre 2018

LES OUTILS DES DÉCORATEURS DE FAÏENCE
Site du Steenmeulen, Terdeghem
1er avril > 30 sept. 2018

L’ODYSSÉE DU CARREAU, DE LA MÉDITERRANÉE À LA MER DU NORD
Musée Benoît-De-Puydt, Bailleul
4 avril > 7 octobre 2018

UNE CONTRIBUTION ORIGINALE EN FLANDRE DANS L’HISTOIRE DE LA FAÏENCE
Musée de la vie frontalière, Godewaersvelde
1er avril > 31 oct. 2018

Carnet des Amis de l'art nordique en France