Exposition : Enfants du Siècle d’or, Œuvres de la Fondation Custodia (Paris, 8 juin – 25 août 2019)

Protagonistes centraux des portraits de famille, les enfants sont aussi un sujet à part entière pour beaucoup de peintres hollandais et flamands du XVIIe siècle, sujet qui n’a pour notre œil moderne rien perdu de sa séduction. Tour à tour charmants, cabots, attendrissants, sages ou drôles, innocents, insupportables et bruyants, ces gamins du Siècle d’or forment une galerie étonnamment intemporelle.

PRÉSENTATION
L’exposition rassemble dessins, gravures et tableaux et offre ainsi aux visiteurs un vaste panorama de la production artistique sur le thème de la représentation des enfants en Hollande et dans les Flandres au XVIIe siècle.

Les portraits individuels d’enfants sont à l’honneur : de la charmante Boucle d’or de Nicolaes Maes à l’iconique effigie de Hugo Grotius qui, du haut de ses seize ans, pose déjà un docte regard sur le monde, de la petite Jeannette (« Jenneken ») en train d’écrire, dessinée à la sanguine par son frère Harmen ter Borch, au délicieux portrait que Hendrick Goltzius grave du fils d’un de ses meilleurs amis. Si ces trois derniers portraits représentent des enfants identifiés grâce aux inscriptions, de nombreuses effigies – comme celle peinte par Nicolaes Maes – demeurent bien souvent sans identification du modèle.

Les artistes ont à de nombreuses reprises représenté les enfants endormis. Le sommeil est bien sûr un état très récurrent chez les tout petits et l’on ne s’étonne pas de voir Frans van Mieris dessiner Willem Paets, fils d’un de ses amis, dormant dans son berceau. Lorsque Govert Flinck produit en revanche cette magnifique étude, sans doute exécutée sur le vif, d’un garçonnet assoupi, ce sont l’innocence et la vulnérabilité de l’enfance qui sautent aux yeux.

Rembrandt a lui aussi dessiné et gravé des enfants qu’il montre généralement dans leurs interactions avec des femmes (mères, grand-mères, nourrices) ou bien sous les traits des jeunes apprentis de son atelier.

Outre ces feuilles bien connues, l’exposition offre également à voir de nombreuses œuvres jamais encore montrées de la collection et quelques nouvelles acquisitions. Le regard que les artistes hollandais et flamands du XVIIe siècle portèrent sur les enfants et sur l’enfance offre au spectateur d’aujourd’hui à la fois une plongée dans un temps aux mœurs révolues et, en miroir, une réflexion sur notre propre perception des premières années de la vie.

CATALOGUE EN LIGNE :

Découvrez ici toutes les œuvres de l’exposition.

Fondation Custodia / Collection Frits Lugt
121, rue de Lille – 75007 Paris

Heures d’ouverture : tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Exposition : Frans Hals, Portraits de famille (Paris, Fondation Custodia, 8 juin – 25 août 2019)

Frans Hals (1582/1583-1666) est l’un des plus grands portraitistes du Siècle d’or hollandais et, avec Rembrandt, celui qui a révolutionné ce genre. Surtout réputé pour ses portraits individuels et ses grandes compositions représentant les membres de milices, il a également produit des portraits de famille, dont seuls quatre sont parvenus jusqu’à nous et qui sont aujourd’hui rassemblés à la Fondation Custodia.

PRÉSENTATION

À l’origine de cette exposition fut l’acquisition en 2011, par le Toledo Museum of Art, du portrait de Hals de La Famille Van Campen dans un paysage, et l’achèvement en 2016 du traitement de conservation des Enfants de la famille Van Campen, œuvre du même artiste appartenant aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Il était connu que ces deux toiles constituaient une seule et même composition. Les restaurations conduites à Bruxelles ont également permis de confirmer qu’une Tête de jeune garçon, actuellement dans une collection privée européenne, était, elle aussi, un fragment de ce tableau dispersé. Pour la première fois depuis deux cents ans, les trois parties conservées du monumental portrait de famille, qui devait mesurer à l’origine près de 3,80 m de long, sont présentées côte à côte à l’occasion de cette exposition unique.

Les portraits de famille de Frans Hals font preuve d’une détente sans précédent et montrent l’intimité des relations des parents avec leurs enfants. Ces derniers interagissent joyeusement entre eux. Le rire et le sourire étaient la marque de Hals, dont le génie s’exprime également dans les autres tableaux de l’exposition : le Portrait de famille dans un paysage du Museo Nacional Thyssen-Bornemisza (Madrid), la Famille néerlandaise du Cincinnati Art Museum et le Portrait de famille dans un paysage de la National Gallery de Londres.

En écho aux toiles de Frans Hals, la Fondation Custodia présente une sélection de dessins préparatoires pour des portraits de famille réalisés par des artistes hollandais et flamands du XVIIe siècle. Si l’on ne connaît pas de dessins de la main de Hals, ces œuvres nous aident à comprendre les enjeux picturaux auxquels étaient confrontés les portraitistes lorsqu’ils devaient représenter un groupe familial. Ces feuilles forment la transition pour la deuxième exposition à découvrir dans la continuité : Enfants du Siècle d’or. Œuvres de la Fondation Custodia.

L’exposition s’accompagne d’un catalogue exhaustif par Lawrence W. Nichols, Liesbeth De Belie et Pieter Biesboer.

Fondation Custodia / Collection Frits Lugt
121, rue de Lille – 75007 Paris

Heures d’ouverture : tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Colloque international : Vision et spéculation dans l’art de Pieter Bruegel (Paris, 28-29 juin 2019)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Colloque international
Paris 28-29 JUIN 2019, Galerie Colbert, salle Jullian

Organisé par Michel Weemans (ENSA Bourges, CEHTA-EHESS, Paris), Colette Nativel (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA) et Ralph Dekoninck (UCLouvain, GEMCA)

Comité scientifique : Ralph Dekoninck, Reindert Falkenburg, Colette Nativel et Michel Weemans

Les images de Bruegel appellent un acte de perception contemplatif et « spéculatif » qui a ses racines dans la culture médiévale mais auquel l’artiste donne une nouvelle forme esthétique à son époque qui est celle de la Renaissance, de l’Humanisme et de la Réforme. Dans la pensée chrétienne, spéculer, c’est s’exercer à la contemplation du monde visible comme moyen de comprendre les principes divins, passer du visible à l’invisible. Dans nombre d’ouvrages qui comportent dans leur titre le terme de « Miroir » (Speculum), les créatures du monde naturel sont décrites comme les traces du Créateur et de ses intentions salvatrices pour le monde.Ce colloque propose d’envisager la représentation de la nature et des activités humaines chez Bruegel dans le contexte de cette pensée spéculative. À la fois miroir du monde et miroir tendu au spectateur, les images spéculatives de Bruegel sont conçues comme des exercices de discernement. Il s’agira dès lors d’interroger deux des caractéristiques fondamentales des œuvres de Bruegel. La première est la manière dont ces œuvres ne cessent d’articuler ou d’opposer l’aveuglement et le discernement spirituel, les apparences de surface et la vérité cachée, les pièges du diabolique et la difficulté à percevoir le divin. Œuvrant conjointement avec la première, la seconde caractéristique est la complexité narrative et visuelle des images de Bruegel. Celle-ci implique un ensemble de procédés visuels – profusion et enchevêtrement des figures, réduction et marginalisation des détails les plus signifiants, paradoxes, ambiguïtés et pièges visuels – qui visent à troubler le regard. Ces journées seront l’occasion d’examiner et de confronter les récentes études sur Bruegel, en revenant sur un certain nombre de questions autour de la conversation, l’ekphrasis, l’exégèse visuelle, la contemplation, la spéculation.

Programme

Vendredi 28 juin 2019

14h00 / Introduction : Michel Weemans, Colette Nativel et Ralph Dekoninck

Modérateur : Pierre-Antoine Fabre (Paris, EHESS)
14h30 / Colette Nativel (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)
Lire un tableau : les leçons de Bruegel
15h30 / Jürgen Müller (Technischen Universität Dresden)
Ways of lying : Pieter Bruegel’s religious commentaries
16h30 / Michel Weemans (ENSA-Bourges, CEHTA-EHESS, Paris)
Muscipula diaboli : Pieter Bruegel’s Triumph of Death as Trap Image

Samedi 29 juin 2019

Modérateur : Guillaume Cassegrain (Université Grenoble Alpes, LARHRA)
10h00 / Reindert Falkenburg (New York University, Abu Dhabi)
“Thick Speculation” on Pieter Bruegel
11h00 / Mitchell Merback (Baltimore, Johns Hopkins University)
Estrangement, Attitude, and Speculation: Sedlmayr vs. Bruegel

12h00 / Pause

Modérateur : Ingrid Falque (UCLouvain, GEMCA)
14h00 / Tine Meganck (Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique)
Spectacles and speculation. Bruegel on seeing and seizing the moment
15h00 / Ralph Dekoninck (UCLouvain, GEMCA)
« Poupées de Kermesse ». Jouer avec l’image
16h00 / Bertrand Prévost (Université Bordeaux Montaigne)
Face de Dieu, tête du Diable. Plasticité, théologie et anthropologie de l’incorporation selon Bruegel
17h00 / Discussion

17h00 / Conclusions Reindert Falkenburg

Colloque international : The Contribution of Artistic Genres to the Construction of the Dutch Golden Age (Haarlem, 6-7 juin 2019)

The Contribution of Artistic Genres to the Construction of the Dutch Golden Age
Second colloque du programme de recherche :  “Un siècle d’Or? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle”, Université de Genève

Organisateurs :
Susanne Bartels, Jan Blanc, Léonie Marquaille, Marije Osnabrugge, Léonard Pouy

Haarlem, Frans Halsmuseum, 6 & 7 juin 2019

Inscriptions (jusqu’au 30 mai) :
https://forms.gle/AxUiY3qVgGDQX8pL6

Programme

6 juin, 2019 :

09:15 accueil

Session I : Introduction to Artistic Genres (modér. Elmer Kolfin)

09:30 Jan BLANC (University of Geneva) : On artistic genres in the seventeenth-century Dutch Republic: definitions, taxinomies, hierarchies​

09:50 Weixuan LI (University of Amsterdam / Huygens-ING Institute, The Hague) : Comprehending the concepts of genre and specialization in the eyes of seventeenth-century connoisseurs: a digital approach

10:10 Tijana ZAKULA (University of Utrecht) : From genre scenes à l’antique to genre sérieux: the contribution of Gerard de Lairesse

10:30 discussion

11:00 pause

Session II : Artistic Genres and the Artist (modér. : Léonard Pouy)

11:30 Susanne BARTELS (University of Geneva / RKD, The Hague) : Guns and roses: versatility and fluidity in the oeuvre of Jacques de Gheyn

11:50 Edwin BUIJSEN (Mauritshuis / RKD, The Hague) : From all-rounder to ‘niche genre’ painter: the artistic development of Adriaen van de Venne

12:10 discussion​

12:40 Introduction to the permanent collection of the Frans Halsmuseum by Marrigje Rikken (Head of Collections Frans Halsmuseum)

12.50 déjeuner

Session III : Artistic Genres and Society I (modér. : Angela Jager)

14:30 Norbert MIDDELKOOP (Amsterdam Museum, Amsterdam) : The corporate group portrait and the notion of genre​

14:50 Léonard POUY (Sorbonne University, Paris / University of Geneva) : The Guardroom Scene as Self-Representation

15:10 Tabea SCHINDLER (University of Bern) : The Development of Oriental Tronies by the Rembrandt Circle and its Role in the Construction of the Dutch Golden Age

15:30 discussion

16:00 visite du musée

7 juin, 2019​

Session IV : Artistic Genres and Society II (modér. : Marije Osnabrugge)​

9:15 V.E. MANDRIJ (University of Konstanz) : Otto Marseus van Schrieck and the sottobosco paintings: a hybrid genre depicting another Dutch Golden Age

9:35 Jessie Wei-Hsuan CHEN (University of Utrecht) : Picturing Flowers as a Genre: Constructing the Culture of Collecting Nature in the Dutch Golden Age​

9:55 discussion​

10:30 pause

Session V : Artistic Genres : The Bambocciata (modér. : Susanne Bartels)

11:00 Suzanne BAVAREZ (ENS ULM/EPHE, Paris) : The Bambocciata: investigating a “would-be genre”

11:20 Jennifer RABE (University of Bern) : “Soggetti vili, popolari”: Bambocciata as a Fatal Genre

11:40 discussion​

12:10 déjeuner​

Session VI : Hybridity (modér. : Léonie Marquaille)

13:50 Helen HILLYARD (Dulwich Picture Gallery) : The Hybrid Genre: Pieter Saenredam’s ‘Perspectives’​

14:10 Carole FONTICELLI (Sorbonne University, Paris) : Woman, saint, example and allegory: the different faces of Mary Magdalene in seventeenth-century Dutch painting

14:30 discussion

15:00 pause

Session VII : Affects and Effects (modér. : Jan Blanc)

15:20 Lizzie MARX (University of Cambridge / Rijksmuseum, Amsterdam) : Smelling the Dutch Golden Age Through Artistic Genres

15:40 Stephanie DICKEY (Queen’s University, Kingston) : The Iconography of Pain in the Work of Rembrandt and his Contemporaries: A Case Study in the Fluidity of Genre Categories

16:00 discussion

17:00 Conclusion / Cocktail

Lancement du site internet “Les plats pays”

Les plats pays est un site web de l’institution culturelle flamando-néerlandaise Ons Erfdeel vzw. Il présente dans leur contexte les arts, la langue, l’histoire, la littérature et les développements sociaux des Plats Pays.

Historique
En 1957, Jozef Deleu fonde la revue Ons Erfdeel. Vu le succès de cette publication, il s’avère nécessaire à la fin des années soixante du siècle dernier d’amorcer un virage plus professionnel. Dès lors, en 1970, la Stichting Ons Erfdeel voit le jour. Cette institution culturelle est totalement indépendante sur le plan philosophique et politique et obtient une agréation légale, tant aux Pays-Bas qu’en Flandre.

En juin 1972, Stichting Ons Erfdeel crée la revue en langue française Septentrion, suivie en 1976 des annales bilingues De Franse Nederlanden/Les Pays-Bas Français. En 1993 paraît le premier numéro des annales en langue anglaise The Low Countries.

L’institution édite en outre de nombreux livres en plusieurs langues sur des aspects de la culture des Pays-Bas et de Flandre.

La gestion financière et l’infrastructure matérielle de Ons Erfdeel sont séparées des activités rédactionnelles. Le lien entre la gestion de l’institution et les rédactions des publications est assuré par l’administrateur-délégué, qui est également le rédacteur en chef de l’ensemble des publications. Jozef Deleu est administrateur-délégué et rédacteur en chef jusqu’au 30 avril 2002. Son successeur dans les deux fonctions est Luc Devoldere.

À partir de 2007, Ons Erfdeel vzw est présente sur internet. En premier lieu, les revues et annales disposent de leur propre blog sur lequel sont diffusés des communiqués qui suivent de près l’actualité culturelle des Pays-Bas et de Flandre. Dans la suite, des livrels sont également publiés, et il est possible de s’abonner à une version numérique des revues.

Le 1er avril 2019, Ons Erfdeel vzw inaugure trois sites web: www.de-lage-landen.com, www.les-plats-pays.com et www.the-low-countries.com. Ils informent le public quotidiennement sur la vie culturelle des Plats Pays.

 

Carnet des Amis de l'art nordique en France