Exposition : Le Bijou Dessiné (PAris, 14.10.2021 — 14.02.2022)

Peu étudié, peu publié, encore plus rarement exposé, le dessin joaillier reste méconnu du grand public. Il joue pourtant un rôle essentiel, servant de référence à l’ensemble des mains qui interviennent dans la création du bijou. Depuis la Renaissance, dessiner le bijou constitue l’étape première – primordiale pourrait-on dire –, celle qui donne vie à l’idée, celle qui permet à l’idée de devenir projet.
C’est à cet objet longtemps délaissé – outil technique au service des métiers mais aussi œuvre sensible – que L’École des Arts Joailliers souhaite rendre hommage, en s’intéressant à son histoire, sa technique, ses auteurs et son statut. L’École est fière d’organiser la première exposition consacrée à ce thème abordé avec une approche aussi large !
Les œuvres sélectionnées couvrent un long XIXe siècle, qui débute dans les années 1760 et s’achève avec la Première Guerre mondiale ; elles ont été exécutées par de nombreux artistes ou dessinateurs, célèbres ou anonymes ; elles illustrent enfin une grande diversité de techniques et d’usages, qui disent l’intérêt et la richesse du sujet. Toutes proviennent du Fonds Van Cleef & Arpels pour la Culture Joaillière, fonds constitué à des fins de recherche, de présentation et d’utilisation pédagogique.

Du 14 octobre 2021 au 14 février 2022

Inscription gratuite, sur réservation
Du mardi au samedi de 12h à 19h
L’exposition sera fermée le jeudi 11 novembre et du vendredi 24 décembre au samedi 1er janvier.
L’exposition sera ouverte le lundi 14 février.

En raison des mesures sanitaires en place, la visite est limitée à 50 minutes.
La présentation d’un pass sanitaire est obligatoire pour accéder à L’École des Arts Joailliers pour toutes les personnes de plus de 12 ans.

L’École des Arts Joailliers
31 rue Danielle Casanova
75001 Paris

https://www.lecolevancleefarpels.com/fr/fr/exposition-le-bijou-dessine

LES DESSINS DE REMBRANDT ET DE SON CERCLE REJOIGNENT LA COLLECTION Custodia ONLINE

Cet automne, suite à la publication, en 2020, de 614 dessins italiens au sein de la base de données de notre collection en ligne, nous venons enrichir cette dernière des dessins de Rembrandt et de son cercle. Il sera désormais possible de consulter à loisir ces 166 feuilles parmi lesquelles figurent non moins de 21 dessins de la main du maître lui-même.

https://collectiononline.fondationcustodia.fr/

Cette section renommée des trésors que possède la Fondation Custodia, essentiellement acquise par le collectionneur Frits Lugt (1884-1970), connaisseur des dessins de Rembrandt, a fait l’objet d’une attention toute particulière au sein de notre base de données. Cette mise en ligne fait suite au catalogue en deux volumes de Peter Schatborn publié en 2010. De récentes publications, attributions, suggestions et découvertes ainsi que de nouvelles vérifications sur les dessins eux-mêmes, permettent de mettre à jour les informations les concernant dans la base de données.
Détail remarquable, le tout premier dessin de Rembrandt dont Lugt fit l’acquisition en mai 1919, Intérieur avec Saskia au lit, est l’une des œuvres majeures de la collection. Il avait d’ailleurs noté à son propos : « Rembrandt a maintes fois dessiné Saskia alors qu’elle était alitée, malade ou en couches, mais aucun de ces dessins ne fut réalisé avec autant d’attention et de soin que celui-ci. Le rendu est celui d’un petit tableau. »
Le catalogue de Schatborn représente non seulement une contribution d’une grande importance dans l’étude des dessins de Rembrandt, mais aussi dans celle des œuvres de ses élèves et des artistes de son cercle. En effet, c’est la première fois que l’auteur propose des attributions pour un grand nombre de dessins jusqu’alors répertoriés comme Anonyme ou École de Rembrandt, dont certaines font toujours l’objet de discussions. C’est le cas par exemple pour une feuille figurant un paysage considéré pendant longtemps comme l’un des plus admirables de Rembrandt, Route entre des arbres menant à une ferme. Cette œuvre a été attribuée à Constantijn van Renesse (1626-1680) par deux spécialistes de dessins de Rembrandt (en 2000 par Martin Royalton-Kisch et en 2010 par Peter Schatborn) mais un troisième, Holm Bevers, a depuis suggéré qu’il pourrait s’agir du travail d’Abraham Furnerius (1628-1654), un autre élève du maître.
Au total, l’ensemble en question comprend 166 dessins, dont 165 avaient été intégrés par Peter Schatborn dans son catalogue de 2010, le seul manquant étant une feuille de Samuel van Hoogstraten (1627-1678), élève de Rembrandt, acquise pour sa part en 2012. Celle-ci constitue un ajout significatif – en effet, cet autoportrait du jeune artiste, probablement un exercice imposé alors que Van Hoogstraten faisait son apprentissage au sein de l’atelier du maître, a été corrigé et l’on peut présumer que c’est Rembrandt lui-même qui avait ajusté le contour du bras droit et de l’épaule du modèle de trois vigoureux traits de sa plume.

Dans notre base de données, chaque fiche contient une manne d’informations quant à l’attribution, la date, la technique, les inscriptions, les marques de collections et la provenance. On y trouve, de plus, une bibliographie sélective des publications antérieures à 2010, et nous nous sommes efforcés d’être aussi complets que possible pour les publications postérieures à la parution du catalogue de Schatborn. Les notices rédigées en 2010 par Schatborn ne sont pas incluses mais les points les plus pertinents sont cités et des nouvelles indications publiées depuis ont été ajoutées. Enfin, il nous a été possible d’apporter quelques éléments de correction après avoir examiné directement les dessins une fois de plus. Ainsi, une numérotation inscrite dans le coin inférieur droit d’un dessin de Gerbrand van den Eeckhout (1621-1674), Moïse piétinant la couronne du Pharaon a été identifiée comme correspondant à celle associée au collectionneur français Pierre Crozat (1665-1740). Le numéro (inscrit dans notre base de données des Marques de collections de dessins & d’estampes sous Lugt 3612) et la provenance prestigieuse qu’il implique, ont maintenant été précisés.
Nous espérons que la publication en ligne des dessins de Rembrandt et de son cercle contribuera à de futurs travaux de recherche. Dans les années à venir, nous prévoyons d’enrichir constamment notre base de données d’autres parties de la collection. Actuellement, nous préparons la publication des eaux-fortes de Rembrandt, des tableaux de maîtres anciens flamands et néerlandais, des dessins français du XIXe siècle et d’une partie de notre collection de lettres et de manuscrits d’artistes (autographes français datant du XIVe au XVIIe siècle).

COLLECTION EN LIGNE
https://collectiononline.fondationcustodia.fr/

PUBLICATION LIÉE
Peter Schatborn, Rembrandt and his Circle. Drawings from the Frits Lugt Collection, 2 vols., Bussum, THOTH et Paris, Fondation Custodia, 2010

Colloque « Imaginaire des lieux, réalité des territoires: La construction des identités néerlandaises par l’image (1579-1702) », 8 octobre 2021, INHA

PROGRAMME

Day one : October 7th 2021
10h00 : Accueil du public / Welcome
10h15 : Welcome word from the organizers
Introduction
10h30 : Colette Nativel : Prof. dr. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
10h50 : Stijn Bussels : Prof. dr. Universiteit Leiden
11h10 : Conversation et pause / Conversation and Break
Opening talk
11h40 : Boudewijn Bakker: Dr., Ex-Chief Curator of the Stadsarchief Amsterdam
Concentric Identities: Landscape and Patriotism in the 17th-Century Dutch Republic
12h10 : Conversation
12h30 : Pause / Break

SESSION 1 : Paradoxes de l’image du territoire : Entre Unification Territoriale et Affirmation des Identités Locales
Paradoxical aspirations : Territorial Unification vs. Local Affirmation
14h00 : Merlijn Hurx Dr., Assistant Professor, Universiteit Utrecht and Bram Vannieuwenhuyze Prof. dr. Universiteit van Amsterdam
The Van Deventer Anachronism: Maps of the Northern and Entire Low Countries from about 1540
14h20 : Benjamin van der Linde, Dr., Research Associate, Universität Hamburg
The Dutch Republic and the Two Frieslands. Mapping the north of the Netherlands and the role of early modern historiography
14h40 : Questions and conversation
15h00 : Sarah Moine, Ph.D. Candidate, Universiteit Leiden
Besieged City, Liberated Republic: the Siege of Leiden in arts and its symbolism
15h20 : Carole Fonticelli, Ph.D. Candidate, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Mapping the religious identity in North Brabant through the prism of Mary Magdalene
15h40 : Questions and conversation
16h00 : Conversation et clôture de la 1ère journée / Conversation and closing of 1st day

Day two : October 8th 2021
9h00 : Accueil du public / Welcome
SESSION 2 : Modalités d’appropriation du territoire : images et usages de l’environnement
Appropriating the territory: using and being part of one’s environment
09h30 : Esther Guillaume, Ph.D. Candidate, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Outside the city walls: Negotiation of urban and social space in Joost Cornelisz.
Droochsloot’s paintings of the Biblical Pool of Bethesda
09h50 : Sarah Mallory, Ph.D Candidate, Harvard University
Ruinous Works: Willem Buytewech’s “Pleasant Places” Landscape Prints and the Dutch Ecological Imagination
10h10 : Lorne Darnell Ph.D. Candidate, Research Assistant, Courtauld Institute and University College of London
Climatology and Civic Identity in the Landscape Tradition of Seventeenth Century Haarlem
10h30 : Questions and conversation
11h00 : Pause / Break

SESSION 3 : Manipuler le réel, manipuler le présent : dialogues entre environnements immédiats et distants
Bridging space and time: merging immediate and distant environments
SESSION 3.1 : Reinterpreting the city : imagination and memory
11h20 : Norbert Middelkoop, Dr., Senior Curator of Paintings, Prints and Drawings,
Amsterdam Museum; Curator of Old Masters, Frans Hals Museum, Haarlem
The Amsterdam cityscape in the Golden Age: from representation tool to conversation piece
11h40 : Helen Hillyard, Acting Curator, Dulwich Picture Gallery, London
Reading the Netherlands: Seventeenth Century Civic Memory and the Images of Pieter Saenredam
12h00 : Questions and conversation
12h20 : Pause / Break
SESSION 3.2 : Distant space, distant time
14h00 : Catherine Powell-Warren, PhD. Postdoctoral Research Fellow in Art History, Ghent University
From Hortus Batavus to the Dutch Hesperides: Agnes Block, Vijverhof, and the domestication of the exotic in the fashioning of identity
14h20 : Suzanne Baverez, Ph.D. Candidate, EPHE, Ens Paris
Naturalism, picturesque, exoticism, orientalism : insights on Dutch Italianate paintings
14h40 : Danielle Gravon, Ph.D. Candidate, University of Manchester
« Kandy is now Flanders »: Cartographic propaganda and the mapping of Dutch Ceylon
15h00 : Questions and conversation
Keynote
15h30 : Koen Ottenheym, Prof. dr. Universiteit Utrecht
The imaginary country and buildings of the Ancient Batavians, as reconstructed by early modern scholars
16h00 : Questions and conversation
16h20 : Clôture du Colloque / Closing of the Symposium


Dates : 7 & 8 Octobre 2021
Lieu : En ligne et en Galerie Colbert, Salle Vasari, 2 rue Vivienne 75002 Paris
Comité Organisateur : Suzanne Baverez (EPHE, Ens Paris), Carole Fonticelli (Université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Esther Guillaume (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sarah
Moine (Universiteit Leiden)
Comité Scientifique : Stijn Bussels (Universiteit Leiden), Nadeije Laneyrie-Dagen (Ens
Paris), Colette Nativel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Contact : symposiumterritories@gmail.com
Inscription Lien Zoom : https://www.linscription.com/pro/activite.php?P1=77350

Exposition : La dynastie Francken (Cassel, 4 septembre 2021 – 2 janvier 2022)

De la dynastie Francken ressort aujourd’hui un nom, celui de Frans II Francken (1581-1642) considéré comme un artiste hors norme. Ce contemporain de Rubens se démarque par son style raffiné et singulier, par la diversité des sujets abordés et par une production abondante qui inondera le marché anversois.

Formé par son père Frans I, peintre d’église renommé, il affirme très tôt sa personnalité par son goût pour l’érudition : il multiplie ainsi les références à l’histoire, à la littérature voire même aux sources ésotériques. Son art délicat répond à la quête des bourgeois désireux de faire montre de leurs connaissances : le succès est immédiat. Se met alors en place un atelier, véritable entreprise commerciale qui fait appel ponctuellement à des collaborateurs réputés comme Jan Brueghel mais qui emploie aussi et surtout ses frères et ses fils.

En Flandre, le mode d’apprentissage fondé sur la tradition médiévale des métiers et des corporations favorise la filiation artistique. La dynastie Francken c’est donc l’histoire de plusieurs générations d’artistes unis par les liens du sang et par un savoir commun. Si Frans I et Ambrosius I dévoileront leur talent dans la production de spectaculaires triptyques religieux, Hieronymus I accédera au titre prestigieux de peintre du roi de France.

Chacun suit son propre chemin selon les propositions et les envies tout en bénéficiant d’une marque, celle des Francken !

Informations : https://museedeflandre.fr/la-dynastie-francken

Colloque international : Quatre atlas de myologie inédits du Siècle d’or néerlandais. Approche pluridisciplinaire des dessins de Johannes van Horne et Marten Sagemolen

Colloque international : Quatre atlas de myologie inédits du Siècle d’or néerlandais. Approche pluridisciplinaire des dessins de Johannes van Horne et Marten Sagemolen

Organisé par la BIU Santé Médecine

Université de Paris

Dates : vendredi 18 et samedi 19 juin 2021

Langues de travail : français et anglais

En ligne (Zoom)

Gratuit sur inscription préalable avant le 11 juin 2021.

Contact : info-hist@biusante.parisdescartes.fr

Inscription au colloque : https://ceres.parisdescartes.fr/index.php/896671?lang=fr

Symposium registration : https://ceres.parisdescartes.fr/index.php/896671?lang=en

L’inscription, gratuite, vous permettra d’obtenir toutes les informations techniques nécessaires à l’approche du colloque.

En juin 2016, quatre grands atlas contenant deux cent cinquante dessins anatomiques réalisés vers 1654-1660 à Leyde (Pays-Bas) ont été identifiés à la BIU Santé.

Réalisés par le peintre Marten Sagemolen (vers 1620-1669) sous la direction de l’anatomiste Johannes van Horne (1621-1670), ils décrivent systématiquement les muscles de l’homme. Cet ensemble considérable était perdu depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Les albums sont entrés dans les collections de l’Ecole de santé en 1796, avec les magnifiques dessins du peintre Gerard de Lairesse (1641-1711) pour l’anatomie de Govard Bidloo (1649-1713), et ils n’ont pas quitté depuis lors la bibliothèque de médecine du 12, rue de l’Ecole de médecine, aujourd’hui nommée BIU Santé, et qui appartient désormais à Université de Paris. Achetés comme un lot anonyme accompagnant la pièce maîtresse de Lairesse, les albums n’avaient pas jusqu’en 2016 été examinés avec succès.

La très grande rareté de cet ensemble et la surprise de cette identification ont excité la curiosité. Après un premier travail de documentation et de numérisation par le service d’histoire de la santé de la BIU Santé, un projet de restauration et d’étude a été mené avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre de recherche et de restauration des musées de France.

Le projet aboutit cette année à deux évènements, que la situation sanitaire nous a contraint à séparer : le colloque, et une exposition des albums au Musée d’histoire de la médecine à une date à préciser (automne 2021?).

Programmation scientifique

Jean-François Vincent. Université de Paris. BIU Santé Médecine

Isabelle Bonnard. Bibliothèque nationale de France. Département de la Conservation. Experte en restauration

Organisation

Anaïs Chambat, Stéphanie Charreaux, Solenne Coutagne, Estelle Lambert, Claire Josserand, Morgane Rousselot, Catherine Weill. Université de Paris. BIU Santé Médecine

Carnet des Amis de l'art nordique en France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search