Rijksmuseum Fellowship Programme (Amsterdam)

Amsterdam, September 01, 2018.
The Rijksmuseum welcomes international research proposals which open new perspectives on the Rijksmuseum’s collection, its history and activities.
The purpose of the programme is to enable applicants to base part of their research at the Rijksmuseum and thus to strengthen the bonds between the museum and universities.
The focus of research should relate to the Rijksmuseum’s collection and activities, and may encompass any of its varied holdings, including paintings, sculpture, decorative arts, prints, drawings, photography and historical artefacts.
The programme offers students and academic scholars access to the museum’s collections, library, conservation laboratories and curatorial expertise.
Furthermore, the museum facilitates opportunities for Fellows to engage in workshops and excursions to encourage the exchange of knowledge – both amongst themselves and the broader museum audience.

Eligibility
The Rijksmuseum Fellowship Programme is open to candidates of all nationalities and with varied specialisms.
They may include art historians, curators, conservators, historians and scientists.
Candidates should have proven research capabilities, academic credentials and excellent command of the English language – both written and spoken.
Proficiency in a second language (ideally Dutch or German) is preferred but not required.
Fellowships will be awarded for a duration ranging from 6-24 months, starting in the academic year 2018-2019.
Please review the Rijksmuseum website for detailed information on each individual Fellowship position.

Funding
Fellowship stipends are awarded to help support a Fellow’s study and research efforts during the tenure of their appointment. The stipend amount varies by funding source and Fellowship period. Visit the Rijksmuseum website for further information.

Application and procedure
Please review the eligibility, funding and application requirements by following the link to the Fellowship of your interest:
• Andrew W. Mellon Fellowship for art historical research
• Johan Huizinga Fellowship for historical research
• Migelien Gerritzen Fellowship for conservation research
• Dr. Anton C.R. Dreesmann Fellowship for art historical research

The closing date for all applications is 14 January 2018, at 6:00 p.m. (Amsterdam time/CET).
No applications will be accepted after this deadline.
All applications must be submitted online and in English.
Applications or related materials delivered via email, postal mail, or in person will not be accepted.

Selection will be made by an international committee in February 2018.
The committee consists of eminent scholars in the relevant fields of study from European universities and institutions, and members of the curatorial and conservation staff of the Rijksmuseum.
Applicants will be notified by 1 March 2018. All Fellowships will start in September 2018.

Further information and application forms: www.rijksmuseum.nl/fellowships
For questions concerning the application procedure, contact Marije Spek, Coordinator of the Fellowship Programme (m.spek@rijksmuseum.nl), +31 (0)20-6747395.

Lancement de l’application web Closer to Van Eyck

Nouvelles photos, nouveau design : le site Closer to Van Eyck se fait « even closer to Van Eyck » ! Découvrez les volets extérieurs de l’Agneau mystique avant, pendant et après restauration. Laissez-vous surprendre par la précision des photos et, grâce au zoom, entrez au plus profond de ce chef-d’œuvre de Van Eyck redécouvert !

Visitez le nouveau site web Closer to Van Eyck
Le 30 octobre 2017, la Getty Foundation et l’IRPA ont lancé la nouvelle version de l’application web Closer to Van Eyck, qui montre des détails à couper le souffle d’un des plus grands chefs-d’œuvre au monde : l’Agneau mystique. De nouvelles images très haute résolution du retable à différents stades du traitement de conservation-restauration sont désormais en ligne avec, toujours, la possibilité de comparer simultanément plusieurs images.
Chaque étape du processus de conservation a été documentée en détails avec des techniques photographiques et scientifiques de pointe. Le retable peut maintenant être admiré en ligne sous lumière visible, en réflectographie infrarouge et en radiographie, avec une résolution et une précision plus hautes que jamais. Chacun a maintenant accès aux moments clés du processus de conservation et peut comparer simultanément les images avant, pendant et après traitement. La fonction zoom vous plonge jusqu’au niveau microscopique des peintures, en 100 milliards de pixels.

Une visite du site web? Suivez le guide!

« Nous sommes très fiers de pouvoir offrir cet accès unique aux résultats de la première phase de la restauration du retable de l’Agneau mystique » se réjouit Ron Spronk, l’initiateur et le coordinateur de Closer to Van Eyck, professeur d’histoire de l’art à la Queen’s University de Kingston (Ontario, Canada) et à la Radboud Universiteit de Nimègues (Pays-Bas). « Notre site dévoile des images et des documents d’une qualité et d’une portée inouïes, aussi bien sur la surface picturale que sous la surface picturale, qui séduiront les spécialistes et le grand public pour de nombreuses années. Nous sommes plus proches que jamais de Van Eyck ».

Le traitement de conservation-restauration a permis de découvrir que, sur les panneaux du retable fermé, environ 70 % de la surface picturale originale de Van Eyck étaient cachés depuis des siècles sous des surpeints ; ces surpeints ont été retirés. Les nouvelles images mises en ligne montrent bien ce dégagement des surpeints.

« Nous sommes convaincus qu’en comparant directement les images du retable fermé avant et après l’enlèvement des surpeints, les chercheurs et les amateurs d’art seront émerveillés par le résultat spectaculaire de ce traitement » ajoute Hilde De Clercq, directeur général a.i. de l’Institut royal du Patrimoine artistique. « Avec ce site, chacun est au premier rang pour découvrir le génie de Van Eyck, de l’illusion optique avec laquelle il parvenait à rendre les espaces à l’unité retrouvée du retable en passant par ses incroyables effets de lumière ».

Closer to Van Eyck est un site coordonné par Ron Spronk (Queen’s University, Kingston, Ontario, Canada ; Radboud Universiteit, Nijmegen), financé par la Getty Foundation, le Gieskes-Strijbis Fonds. Cultureel Erfgoed et l’agence Onroerend Erfgoed financent la documentation photographique. Closer to Van Eyck est réalisé en collaboration avec la fabrique d’église de la cathédrale Saint-Bavon, l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), Universum Digitalis (UD), la Vrije Universiteit Brussel (VUB),VUB/imec, et Lukas – Art in Flanders. La liste complète des partenaires est reprise sur le site : http://closertovaneyck.kikirpa.be/ghentaltarpiece/#home/sub=wcredits

François Ier « côté Nord ». Cycle de conférences en lien avec l’exposition « François Ier et l’art des Pays-Bas »

François Ier « côté Nord ». Cycle de conférences en lien avec l’exposition « François Ier et l’art des Pays-Bas », du 16 novembre au 7 décembre à 18h30

Il est plus juste aujourd’hui de parler d’art en France que d’art français, car les échanges artistiques dans l’Europe ancienne ont été multiples et déterminants. À l’occasion de l’exposition « François Ier et l’art des Pays-Bas », ce cycle de trois conférences entend se pencher sur l’apport des artistes des Pays-Bas venus en France du 15e au 17e siècle.

Jeudi 16 novembre 2017
Le courant néerlandais dans la peinture en France au 15e siècle
par Frédéric Elsig, université de Genève

Mercredi 22 Novembre 2017 (à 12h30)
L’oeuvre en scène. Le Livre d’heures de François Ier
par Philippe Malgouyres, musée du Louvre

Jeudi 23 novembre 2017
L’art du Nord dans la France du 16e siècle, de François Ier à Henri IV
par Cécile Scailliérez, musée du Louvre

Jeudi 7 décembre 2017
Pour la noblesse de l’art. Les peintres du Nord en France au 17e siècle
par Mickaël Szanto, université de Paris-Sorbonne

Lieu : Auditorium du Louvre sous la pyramide.
Tarif D : 8 euros, 6 euros (réduit) ou 4 euros (solidarité et jeunes)
Gratuit avec la carte « Amis du Louvre Jeune » dans la limite d’un quota de places garanties.
Gratuit pour les étudiants en art, histoire de l’art et architecture

Lancement du site Connectvermeer.org

Vue du site connectvermeer.org

For many art lovers and museum visitors, Johannes Vermeer stands out as the mysterious genius of Dutch seventeenth-century genre painting. However, as this website reveals, he was not working in isolation.

The third quarter of the seventeenth century marks the peak of the global economic power of the Dutch Republic. Members of the elite increasingly showed off their social status by subscribing to certain codes of dress, manners and speech, and demanded a type of art that reflected their self-image. The ‘new wave’ of genre painting emerged in the early 1650s when artists began to focus on idealised, superbly staged depictions of the domestic life and courtship between elegant ladies and gentlemen. While Johannes Vermeer is currently the most renowned painter of such scenes, his subjects, compositions and figure types owe much to paintings by other artists including Gerrit Dou, Gerard ter Borch, Jan Steen and Frans van Mieris. These artists were aware of each other’s work, drew inspiration from it, and attempted to surpass each other.

Through a series of interactive visualisations, this website allows users to discover the network of connections between Vermeer and his sixteen contemporaries. Users can discover the strength and likelihood of relationships between the seventeen artists, the impact of an individual artist’s paintings on the work of his contemporaries, as well as how artists adopted, adapted and disguised elements, from their peers’ work, in their own paintings.

This website complements the exhibition, Vermeer and the Masters of Genre Painting: Inspiration and Rivalry, which explores the fascinating network of relationships among Dutch genre painters active 1650–1675. Bringing together the work of Vermeer and contemporary painters of exquisite scenes of everyday life, this thought-provoking exhibition gives visitors an insight into how these artists admired, inspired, and rivalled each other.

Curated by Dr Adriaan E. Waiboer, Head of Collections and Research, National Gallery of Ireland, Dublin; Dr Arthur K. Wheelock Jr., Curator of Northern Baroque Painting, National Gallery of Art, Washington; and Dr Blaise Ducos, Curator of 17th- and 18th-century Dutch and Flemish paintings, Musée du Louvre, Paris.

http://connectvermeer.org/

Exposition Rubens : Portraits princiers


Rubens : Portraits princiers
Musée du Luxembourg, du 4 octobre 2017 au 14 janvier 2018

Pierre Paul Rubens (1577-1640) fut un génie protéiforme. Son œuvre immense aborde quasiment tous les sujets de la peinture.
Ses portraits princiers restent peu connus, ils sont pourtant essentiels dans sa carrière. Peindre le portrait d’un souverain est la commande la plus prestigieuse que peut recevoir un peintre à l’époque, cet exercice doit notamment permettre de flatter la sensibilité du modèle. S’il est connu que Rubens a reçu des commandes de la part des rois, reines, princesses et princes de son temps, jamais encore une exposition ne leur a été consacrée.
L’exposition est présentée au Musée du Luxembourg, dans le palais pour lequel Rubens réalisa un de ses principaux chefs d’œuvre : la galerie Médicis, ensemble de tableaux monumentaux sur la vie de Marie de Médicis, installés dans l’aile Richelieu du musée du Louvre. La vie de la souveraine et la carrière de Rubens s’entrecroisent.
Dans un parcours à travers les cours d’Europe, tel un album de famille, l’exposition montre les effigies de Marie de Médicis et des souverains de son temps dont Rubens dressa le portrait et qui, des Habsbourg à la cour de Mantoue, ont tous un lien de parenté avec elle avant même qu’elle ne devienne la mère et la belle-mère des rois de France, d’Espagne et d’Angleterre.
Rubens nait dans une famille aisée originaire d’Anvers et reçoit une éducation humaniste.
Il exerce un temps le rôle de page, ce qui lui permet d’acquérir les comportements et l’aisance qui lui sont utiles pour côtoyer par la suite les grands personnages de son temps. Il gagne l’Italie pour parfaire sa formation de peintre, s’inspirant notamment de Titien, auteur de portraits fameux de Charles Quint et de Philippe II, et devient rapidement un des peintres de la cour des Gonzague à Mantoue.
En 1609 il revient à Anvers pour devenir le peintre de la cour des Flandres. A ce titre, il exécute les portraits officiels des princes Habsbourg. Il prolonge son séjour parisien, destiné à honorer la commande de Marie de Médicis pour le Palais du Luxembourg en 1621, pour peindre Louis XIII, fils de Marie de Médicis, et son épouse Anne d’Autriche, sœur de Philippe IV, roi d’Espagne. Celui-ci l’appelle ensuite à Madrid pour exécuter des portraits de lui et de sa famille.
Dans une Europe où les voyageurs sont rares, la tradition est établie qu’un portraitiste peut faire passer des messages et Rubens outrepasse de très loin cette facilité pratique. Ainsi, parce qu’il a reçu une éducation poussée, qu’il est un vrai courtisan et que sa réputation est internationale, il peut s’adresser à ses insignes modèles et délivrer dans le relatif isolement des séances de pose, quelques propos diplomatiques.
Prince des peintres et peintre des princes, Rubens au terme de sa vie et de sa carrière est un proche de ses prestigieux modèles.
Rubens peut ainsi sembler être le portraitiste des princes tant il souhaitait se consacrer à la narration et aux grands mythes. Avec le sculpteur Bernin, il est le maître de l’ère baroque. Sa culture et sa pratique lui font préférer les œuvres d’invention et les grands sujets historiques qui restent dans la mémoire collective. Cependant, ses réussites dans le domaine du portrait sont éblouissantes tant dans le domaine privé (que l’on songe aux portraits de ses épouses et de leurs enfants) que dans celui des images officielles. Il connait parfaitement les prototypes à suivre, les codes à respecter (degré d’idéalisation des traits du modèle, symboles du pouvoir et importance du costume et du décorum), il sait doser ce qu’il faut de flamboyance et ce qu’il faut de naturalisme dans ses représentations et il donne à ses effigies officielles une vie inédite. Chaque œuvre a un souffle particulier. Il devient ainsi le peintre le plus important de son temps, celui dont les princes s’arrachent les talents. A titre de comparaison, et afin de montrer sa place et son originalité, l’exposition montre quelques portraits des mêmes souverains peints par ses rivaux, en particulier Velázquez, Champaigne, Vouet ou Van Dyck, son élève le plus doué, qui devint un immense portraitiste à Londres, s’inspirant des leçons de son maître.
Cette exposition rassemble environ soixante-cinq peintures parmi lesquelles des prêts exceptionnels tels Marie de Médicis (Musée du Prado) et Louis XIII (Melbourne), seul portrait de souverain conservé peint devant le modèle.

Commissariat : Dominique Jacquot, conservateur en chef du musée des Beaux-Arts de Strasbourg, avec la collaboration d’Alexis Merle du Bourg

Carnet des Amis de l'art nordique en France